Retour

Recevoir des douches en CHSLD, une question de compassion?

La situation d'un résident d'un CHSLD de Québec, qui a lancé une campagne de sociofinancement pour obtenir deux douches de plus par semaine, remet à l'avant-plan la question des soins d'hygiène dans les établissements de santé. Le député péquiste Jean-François Lisée a accusé le gouvernement Couillard de souffrir d'un « déficit de compassion » vis-à-vis de l'ensemble des personnes en centre d'hébergement de soins de longue durée.

Atteint de sclérose en plaques, François Marcotte, 43 ans, souhaite recueillir jusqu'à 5200 $ pour embaucher une personne qui lui permettra de prendre au moins 3 douches par semaine.

Sa campagne lancée sur Internet par l'entremise de la plateforme Gofundme a attiré l'attention des médias. Interpellé jeudi matin, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a parlé d'un cas « extrêmement triste et même touchant ».

Gaétan Barrette « triplement étonné et déçu »

En point de presse avant la période des questions à l'Assemblée nationale, le ministre s'est dit « triplement étonné et déçu », reconnaissant du même souffle qu'« on a un problème au Québec ».

Il a néanmoins estimé que les soins d'hygiène dans les CHSLD sont adéquats, quoique des améliorations sont souhaitables dans les cas d'exception.

Aux yeux du ministre, l'enjeu est de pouvoir prodiguer des soins d'hygiène adaptés aux personnes hospitalisées en fonction de leur situation. Et pour Gaétan Barrette, la solution ne consiste pas nécessairement à donner un bain, a-t-il déclaré plus tôt dans la journée.

Gaétan Barrette a finalement donné raison à M. Marcotte, en fin de journée. « Je vais dans le sens de M. Marcotte, je pense que, là, il y a un geste d'adaptation qui doit être posé, il doit avoir sa douche trois fois par semaine », a dit le ministre en entrevue à Radio-Canada.

Le ministre a mandaté un dirigeant du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) qui ira évaluer la situation de François Marcotte vendredi.

L'affirmation de Gaétan Barrette selon laquelle il existe diverses manières d'assurer des soins d'hygiène complets sans pour autant donner un bain, a toutefois fait bondir le député péquiste Jean-François Lisée.

M. Lisée s'insurge du fait qu'il faut qu'un citoyen paraisse dans le journal pour attirer l'attention du ministre de la Santé. « Ce qu'on veut, c'est que le ministre intervienne pour tous les patients en CHSLD, affirme Jean-François Lisée. Le ministre a dit l'an passé : ''un bain par semaine, ça suffit, vaporisateur, débarbouillette, c'est parfait''. Est-ce qu'il peut dire aujourd'hui que les personnes en CHSLD qui veulent avoir trois bains par semaine vont les avoir? »

Prendre la parole pour ceux qui ne peuvent le faire

François Paradis, député de Lévis pour la Coalition avenir Québec (CAQ), salue l'audace dont fait preuve François Marcotte en alertant l'opinion publique. « Mais pour un François Marcotte qui décide de parler, combien d'aînés silencieux souhaiteraient également avoir ce droit fondamental à l'hygiène? » demande M. Paradis.

Critique en matière de santé pour la CAQ, François Paradis reproche à Gaétan Barrette de s'en remettre à l'avis « d'un comité d'experts » pour déterminer ce qui relève du bon sens, selon lui. 

M. Paradis reproche aussi au ministre Barrette de citer en exemple des personnes âgées grabataires ayant peur du bain pour justifier sa prise de position : « Personne n'est fou ici, réplique le député de Lévis, [...] on ne plongera pas quelqu'un de force ».

À la mi-avril l'an dernier, le député caquiste avait mis en lumière des cas où des préposés aux bénéficiaires de CHSLD des Laurentides se faisaient payer au noir pour offrir un deuxième bain par semaine à certains aînés. Le ministre Barrette avait intimé que cesse cette pratique et un sous-ministre avait rappelé « l'obligation de respecter quotidiennement, pour tous les usagers, les soins d'hygiène corporelle selon les guides de pratique à cet effet (bain, douche, toilette au lavabo, toilette au lit, etc.) ».

Relativement à la situation de M. Marcotte, le député de Mercier pour Québec solidaire, Amir Khadir, a eu ces commentaires : « Pensez-vous que M. Barrette a appris ça en avalant son toast ce matin? Je pense que non, ça fait des mois qu'on en parle, ça fait même des années ».

Des soins constants

François Marcotte réside dans un CHSLD depuis l'an dernier. Prisonnier de son corps en raison de sa maladie, il nécessite des soins constants, que sa mère ne pouvait plus lui donner.

« Présentement, j'ai une douche par semaine offerte par le centre. J'en ai trois autres qui sont payées par la poche de ma mère et mon père. C'est lourd présentement et je veux les libérer de cette tâche », explique François Marcotte.

L'homme a lancé sa campagne « douches et kilomètres » le 17 mai sur la plateforme Gofundme dans l'espoir de recueillir les fonds pour obtenir de meilleurs soins.

Incapable de marcher et de se servir de ses mains, il explique avoir besoin d'aide pour se lever, s'asseoir dans sa chaise adaptée, se laver et s'habiller. Se doucher une fois par semaine lui prend plusieurs heures. Pour gagner du temps, un préposé le lave le plus souvent à la serviette.

Des ressources insuffisantes

François Marcotte souhaite améliorer sa condition, mais refuse de se plaindre des soins offerts à la résidence du Boisé, à Québec, où il habite.

« Les préposés font un travail extraordinaire et on leur en demande toujours beaucoup. Mais, je sais qu'il y a un sous-financement du ministère et les besoins sont de plus en plus lourds. La clientèle est plus lourde et c'est elle qui en pâtit. »

M. Marcotte ne souhaite pas faire de sa démarche un enjeu politique. Il dit vouloir avant tout offrir un peu de répit à sa mère, maintenant septuagénaire, qui a pris soin de lui toute sa vie. « Je veux la libérer, la soulager. Elle a consacré sa retraite à moi. Je veux lui offrir une deuxième retraite. »

François Marcotte souhaite également se procurer un nouveau véhicule adapté à sa condition grâce à l'autre volet de sa campagne de sociofinancement.

Plus d'articles

Commentaires