L'unité canine du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a une nouvelle recrue. Shady, une chienne berger allemand, a commencé son entraînement.

Il s'agit du cinquième chien de l'escouade. Pour l'instant, son entraînement est limité au dépistage en milieu rural. Lors de simulations, le chien est appelé à suivre les traces d'un criminel en cavale ou d'une personne disparue. Étonnamment, le chien ne suit pas seulement l'odeur de l'individu, mais aussi celle créée par la perturbation du sol lors de la marche.

« Plus la trace est jeune, plus elle a de l'odeur », explique Jérôme de Champlain, sergent de l'Unité canine du SPVQ. Pour cette raison, les policiers font suivre des traces vieilles de 20 à 45 minutes pour varier la tâche lors de l'entraînement.

Une fois à l'aise dans le milieu rural, le chien sera emmené en milieu industriel, puis urbain; des environnements beaucoup plus stimulants et donc plus difficiles à maîtriser.

Les chiens de l'unité canine de Québec sont ce que le sergent Champlain appelle des « généralistes ». « Ils font du dépistage, de la protection, de la détection de stupéfiants, de la détection d'armes à feu. Ils vont faire de la recherche de personnes, de la recherche d'objets, travailler avec le contrôle de foule », énumère le sergent.

Annuellement, les cinq chiens et leurs maîtres interviennent environ 1000 fois sur le territoire de Québec. Ils seront en service généralement de 7 à 8 ans.

La race de chien choisie par le SPVQ est le berger allemand, qui fait le meilleur chien généraliste, explique le sergent Champlain. Les chiens coûtent en moyenne 6000 $.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine