Retour

Réformes du pape François : « on ne peut pas nier les divergences »

Le vicaire général du diocèse de Québec, Marc Pelchat, admet que les réformes instaurées par le pape François provoquent une certaine résistance au sein de la curie. Il estime toutefois que ce mouvement de contestation implique « une minorité de cardinaux ».

Invité à réagir au reportage d'Enquête sur les réformes du pape François, l'abbé Pelchat soutient que cette minorité d'opposants risque de maintenir cette résistance jusqu'à la fin du règne du pape François.

« Ils sont dérangés pas seulement dans leur mode de vie, mais ils sont dérangés dans leur vision de l'Église », explique-t-il.

L'abbé Pelchat rappelle toutefois qu'une majorité de hauts dirigeants de l'église soutient les positions du pape.

« Il y a beaucoup de membres du collège des cardinaux, à commencer par notre archevêque, le cardinal Lacroix, qui soutiennent pleinement ses orientations », soutient-il.

Marc Pelchat est également revenu sur l'opulence dans laquelle vivent certains dirigeants de l'Église au Vatican et dans certains diocèses. Il affirme que les bâtiments dans lesquels vivent certains membres de l'Église sont un bien patrimonial qu'il faut préserver.

« Ces bâtiments sont un héritage du passé. Ils font partie de grandes collections qui sont difficilement monnayables », estime-t-il.

L'abbé Pelchat dit espérer que le pape François ait tout le nécessaire temps pour mener à terme ses réformes. « Il a déjà accompli plusieurs réformes. D'autres sont en route. J'espère qu'on en verra beaucoup d'autres sous son pontificat et qu'elles seront suivies par la suite », conlut-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque