Retour

Réfugiés : le Centre multiethnique déplore le « changement de cap » du maire Labeaume

Le Centre multiethnique de Québec, qui orchestre l'accueil des réfugiés dans la région, s'étonne du « changement de cap  » du maire Régis Labeaume dans le dossier syrien. L'organisme se dit prêt à recevoir rapidement comme prévu les réfugiés attendus et peut-être même davantage.

L'enthousiasme démontré par le maire de Québec cet automne a fait place à l'inquiétude depuis les attentats de Paris. Le maire a demandé à Ottawa de repousser l'échéance de la fin décembre.

L'organisme qui chapeaute l'accueil de réfugiés à Québec depuis 55 ans ne comprend pas le délai demandé par le maire.

« La position de nos organisations, c'est que nous sommes prêts à les accueillir », soutient la directrice Dominique Lachance.

Pour elle, les événements tragiques en France ne changent pas le plan établi. « Comme tout le monde, on a eu vent de ce qui est relaté dans les médias, mais nous on est étonné, car ce qui est établi depuis septembre est piloté avec la collaboration de la Ville de Québec. »

Alors que le maire parle de craintes et de peur dans la population, Dominique Lachance dit observer un tout autre discours. « Nous, on a des offres de bénévolat qui rentrent. On sent un vent d'appui pour ces gens-là. »

Quoiqu'en pense le maire de Québec, qui croit que la ville peut recevoir un maximum de 500 a 800 Syriens, la directrice du Centre multiethnique estime qu'il serait sûrement possible d'en accueillir davantage avec une aide financière adéquate. Par le passé, la ville a déjà accueilli jusqu'à 900 réfugiés en une seule année, souligne Mme Lachance.

L'installation des nouveaux arrivants sur des bases militaires, comme celle de Valcartier, faciliterait également le travail advenant l'arrivée d'un nombre important de réfugiés en même temps. « Ça serait une réponse intéressante pour enlever un peu de pression à l'installation rapide, ça nous donnerait un délai supplémentaire. »

Plus d'articles

Commentaires