Retour

Régis Labeaume obtient une 2e rencontre avec le fédéral sur le pont de Québec

Après un dialogue de sourds qui aura duré plusieurs jours entre le maire de Québec et le ministre fédéral Jean-Yves Duclos, il y aura finalement une deuxième rencontre pour trouver une solution à la rouille du pont de Québec.

Malgré cette ouverture, la facture de 400 millions de dollars pour refaire la peinture du pont demeure un obstacle majeur.

Régis Labeaume soutient que la Ville de Québec a déjà fait connaître ses attentes et que c'est au fédéral de trouver une solution, tel que promis en campagne électorale.

« On va pouvoir avoir une autre chance de plaider. Mais je pense que c'est surtout eux qui devront plaider, qui devront nous expliquer pourquoi il ne devrait pas y avoir de peinture sur le pont », fait valoir Régis Labeaume à la sortie du Caucus des maires des grandes villes à Winnipeg où il a eu l'occasion de discuter avec le ministre Duclos.

Déjà du progrès, selon Jean-Yves Duclos

Le ministre Duclos estime de son côté que le dossier progresse bien depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement libéral. Il rappelle qu'il y a à peine un an, personne ne s'entendait sur le montant des travaux et que de nombreux documents étaient inaccessibles.

« En un an, on a assis tout le monde autour d'une même table. On a maintenant accès au bail entre le gouvernement et le CN, on a accès aux études du CN », analyse Jean-Yves Duclos.

Le gouvernement fédéral a réservé un budget de 75 millions de dollars pour les travaux de peinture sur le pont de Québec. L'analyse du dossier a aussi récemment permis de conclure qu'il sera impossible de forcer le CN à éponger une partie de la facture évaluée à 400 millions de dollars.

La date de la deuxième rencontre entre le gouvernement fédéral, la Ville de Québec et la Ville de Lévis n'a pas encore été déterminée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine