Moins de deux mois après le départ fracassant de Jonatan Julien, Régis Labeaume perd un autre membre de son équipe. Le conseiller Raymond Dion a annoncé vendredi qu'il quittait le parti du maire afin de pouvoir s'exprimer librement sur les dossiers de son choix.

Un texte de Louis Gagné

« Ce n’est pas compliqué, je veux reprendre mon droit de parole, mon droit de voter quand ça me plait […] Je veux me faire entendre. Je veux des débats d'idées, pas des débats de personnes », explique-t-il en entrevue à Radio-Canada.

Le conseiller du district de Loretteville – Les Châtels souhaite notamment pouvoir donner son opinion sur le projet de transport structurant. Il déplore que le tracé actuel ne desserve pas les secteurs situés plus au nord de la ville.

« Quand le projet a été présenté, déballé, moi j'ai vu tout de suite le trou puis c’est pour ça que j’ai commencé à poser beaucoup de questions lors du comité plénier », relate M. Dion.

Pas d’amertume

Raymond Dion assure ne pas être en conflit avec le maire et dit n’entretenir aucune amertume par rapport aux dix années qu’il a passées dans son équipe.

« Je ne veux pas passer de commentaires sur la nature de mes relations avec Équipe Labeaume. Pour moi, c'est du passé. Je regarde en avant puis je veux m'exprimer sur tous les sujets […] C'est ça qui m'intéresse », martèle le conseiller indépendant.

Régis Labeaume n’a pas voulu accorder d’entrevue pour commenter ce nouveau départ. La seule réaction officielle de l’hôtel de ville est venue de son attaché de presse, Paul-Christian Nolin.

« Nous respectons la décision de Raymond Dion et nous lui souhaitons bonne continuation de son mandat. Nous le remercions pour sa contribution à Équipe Labeaume. Enfin, tout le monde peut s’exprimer librement au sein d’Équipe Labeaume », écrit-il dans un courriel.

« Crise de leadership »

Selon le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, le départ de Raymond Dion démontre que l’autorité du maire est contestée à l’intérieur de son parti.

« C'est clair qu'il y a une crise au leadership et pendant ce temps-là, M. Labeaume ne peut pas s'occuper des vrais dossiers, s'occuper des citoyens, il doit s'occuper de gérer une crise à l'interne », a réagi M. Gosselin.

Il affirme que le départ Raymond Dion « en dit long sur comment ça fonctionne » à l’intérieur du parti du maire.

Conseiller depuis 2005

Raymond Dion conservera ses fonctions de président de l’arrondissement de La Haute-Saint-Charles.

Il n’occupait pas de poste au comité exécutif, mais il y a siégé de 2007 à 2009 en tant que responsable des dossiers de l’environnement et de l’habitation, puis de 2009 à 2013 en tant que président du Réseau de transport de la Capitale.

M. Dion siège au conseil municipal de Québec depuis 2005. Avant les fusions municipales, il a été conseiller à Loretteville de 1997 à 2001.

Avec les informations d’Olivier Lemieux

Plus d'articles