Retour

Règlement sur les pitbulls : des experts déçus du manque de consultation

Pour le vétérinaire Richard Bousquet, il n'est pas question d'euthanasier des chiens en bonne santé. Il se demande maintenant ce qu'il arrivera aux quelque 300 pitbulls enregistrés sur le territoire de Québec quand les résidents de Québec seront forcés de s'en départir le 1er janvier 2017.

« On va valider avec l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec si on est obligé de faire ces euthanasies-là », commente le vétérinaire.

Selon lui, la ville se trompe de cible. « Ce n'est pas seulement les pitbulls qui peuvent être comme ça. Il peut y avoir d'autres races aussi qui peuvent être dangereuses. C'est une question de mauvais dressage et de mauvaise sélection génétique. »

Le propriétaire du Centre sportif canin de Limoilou, Daniel Renaud, tient le même discours.

« Ils auraient dû prendre le temps d'inviter des spécialistes du monde canin et des vétérinaires avec qui on aurait pu s'asseoir et trouver une bonne solution », déplore le dresseur mandaté par la Société de protection des animaux de Québec pour évaluer les cas de morsures.

Daniel Renaud craint aussi les conséquences psychologiques sur les familles qui seront forcées de se débarrasser de leur animal de compagnie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine