Cindy Ouellet n'a jamais laissé son fauteuil roulant dicter les activités de son quotidien. L'athlète paralympique, membre de l'équipe canadienne de basketball en fauteuil roulant, se lance aujourd'hui dans le CrossFit.

Cette méthode d'entraînement est un mélange de plusieurs disciplines telles que l'haltérophilie et la gymnastique. Elle développe autant la force musculaire que l'endurance.

« C'était comme un nouveau challenge. Je fais beaucoup de basketball, alors c'était complémentaire à mon entraînement » explique la jeune femme de 27 ans.

La sportive de Québec a découvert ce sport alors qu'elle étudiait en Alabama, aux États-Unis. La diversité des exercices et l'espace pour les réaliser l'ont tout de suite attirée.

« Je n'aimais pas vraiment m'entraîner dans des gyms avec des machines parce qu'il n'y a pas beaucoup d'espace pour se promener entre les machines et ce n'est jamais adapté. Dans un grand gym [de CrossFit], tu fais ce que tu veux et ça va bien! »

La vie après la maladie

Cindy Ouellet est une survivante du cancer des os. Elle a reçu son diagnostic à l'âge de 12 ans. Elle était alors une bonne joueuse de soccer.

Malgré 28 cycles de chimiothérapie et une reconstruction complète du côté gauche de son bassin, elle n'a jamais perdu le goût de bouger et de faire du sport.

Sa présence dans le gymnase de CrossFit en dit long sur sa détermination et sur les capacités physiques des personnes à mobilité réduite.

« On est capable de faire les mêmes sports. On s'entraîne aussi fort, je m'entraîne deux fois par jour. Je suis capable de suivre d'autres athlètes qui sont debout. Je le fais pour moi-même, mais c'est le fun aussi de voir des jeunes peut-être en fauteuil qui aiment ça voir ça et ça leur donne des idées. Et les autres qui sont en fauteuil, ça leur fait voir qu'on est capables aussi! »

Cindy Ouellet fait aussi de la compétition de CrossFit. Mais pour l'instant, les Jeux paralympiques de Rio en basketball, en septembre, demeurent la priorité.

Même s'il s'agira de ses troisièmes jeux, elle s'attend à vivre les mêmes émotions. « J'ai toujours hâte! Les Jeux olympiques, c'est tellement le fun! Tu n'oublies jamais ce moment-là, à chaque fois que rentre dans le stade, c'est game on! »

D'après les informations de Jean-Philippe Martin

Plus d'articles

Commentaires