Retour

Remboursement pour fraude : l'étau se resserre sur Lise Thibault

Les procureurs du Québec et du fédéral tentent toujours de récupérer les 300 000 $ que Lise Thibault a été condamnée à verser aux gouvernements pour fraude et abus de confiance. L'ex-lieutenante-gouverneure a maintenant jusqu'au 10 août pour rembourser les 200 000 $ qu'elle doit à Ottawa. Si elle n'y parvient pas, sa résidence située à Saint-Hippolyte, dans les Laurentides, sera mise en vente.

Un texte de Cathy Senay

« C'est très difficile, très très très difficile. On est, comme on dit, terriblement isolés », affirme Réal Cloutier, conjoint de Lise Thibault.

Lise Thibault est sortie de prison sous conditions au début de juin après avoir purgé une portion de sa peine de 18 mois. Pendant ce temps, les démarches des procureurs de Québec et d'Ottawa pour récupérer leur argent se sont poursuivies par l'entremise de notaires et d'huissiers.

Le gouvernement fédéral a fait parvenir un avis d'hypothèque légale à Lise Thibault sur sa résidence à la mi-avril. Le 10 juin, un autre huissier s'est présenté à son domicile de Saint-Hippolyte pour l'informer qu'elle disposait de 60 jours pour rembourser son dû au gouvernement fédéral.

De son côté, le gouvernement du Québec a fait saisir ses biens immobiliers et ses meubles afin de récupérer les 100 000 $ qu'elle lui doit.

Août s'annonce un mois ardu pour Mme Thibault. Réal Cloutier explique que son prêt hypothécaire de 5 ans vient à échéance justement au mois d'août.

« J'ai demandé à un courtier hypothécaire de vérifier le dossier et il fait des démarches auprès de 12 entreprises qui font des prêts hypothécaires. Personne n'était intéressé à financer ou à refinancer la maison de Mme Thibault », dit-il.

Une faillite envisagée

Le couple est donc toujours à la recherche d'une hypothèque d'environ 450 000 $. La valeur du terrain et de la résidence est évaluée à plus de 538 000 $. Réal Cloutier songe à vendre son chalet, à Fossambault-sur-le-Lac, dans la région de Québec, afin d'acheter la maison de sa conjointe. Il souhaite toutefois obtenir des garanties que la résidence ne sera pas saisie.

Il raconte que Lise Thibault a passé les deux dernières semaines à se concentrer sur son état de santé depuis sa sortie de prison. Une fois remise sur pied, elle va solliciter de l'aide de ses proches, précise M. Cloutier.

La possibilité d'une faillite personnelle n'est pas exclue. « Ça fait partie des possibilités. On est, comme on dit, dans l'ultimatum de 60 jours », résume-t-il.

En plus des 300 000 $ que Lise Thibault doit rembourser aux deux gouvernements pour des fraudes commises de 1997 à 2007, alors qu'elle était lieutenante-gouverneure, elle doit payer près de 1,5 million de dollars à l'Agence de revenu du Canada et à Revenu Québec, pour des revenus non déclarés pendant ses deux mandats.

Plus d'articles

Commentaires