Retour

Réorganisation en santé  : les syndicats dénoncent l'épuisement du personnel

Les problèmes d'épuisement, de détresse et d'absentéisme s'aggravent depuis la réorganisation des services engendrés par le CIUSSS, soutiennent les représentants de huit syndicats du milieu de la santé.

Ces derniers unissent leurs voix pour dénoncer les contrecoups de la création du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale (CIUSSS).

Depuis 2015, le CIUSSS de la Capitale-Nationale, né de la fusion de 11 établissements de santé dans la région, organise et coordonne les services de santé sur tout le territoire.

Or, les représentants syndicaux dénoncent les problèmes d’organisation du travail et d’absentéisme vécus par le personnel avec les restructurations amorcées.

« Les gens sont épuisés, sont vidés, sont plus capables et à chaque fois, ils partent du travail avec le sentiment du travail non accompli », dit Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CSN).

Les syndicats montrent du doigt par exemple le non-remplacement des absences des préposées aux bénéficiaires en CHSLD, la perspective d'abolitions de postes et d'heures travaillées dans différents services.

Les syndicats demandent à la direction de consulter le personnel afin qu'il puisse apporter des pistes de solution dans la façon d'organiser le travail et éviter d’aggraver les problèmes.

« Les travailleuses et travailleurs sont souvent les mieux placés pour identifier les problèmes et suggérer des pistes de solution. Encore faut-il les écouter et tenir compte de leur savoir-faire », dit Karl Campeau, président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs du Centre jeunesse de Québec (CSN).

Les syndicats appréhendent par ailleurs d’autres refontes de services à venir. Le vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux, Denis Bertrand, donne en exemple la réduction du nombre de centres de production de la nourriture pour les établissements hospitaliers.

« Il y a 28 endroits de production de nourriture et on va tomber à 3. Quand va être le temps de travailler ce dossier, il va falloir le travailler ensemble parce que ça va avoir des répercussions sur comment on va déployer le personnel, comment on va donner le service », illustre-t-il.

Dans une lettre datée du 10 janvier, la direction du CIUSSS dit être ouverte à une rencontre avec la Fédération de la santé et des services sociaux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine