Retour

Saint-Raymond a craint le pire pour son centre-ville

« J'ai dit : "ça se peut pas qu'il y ait encore quelques bâtisses qui y passent!" » Le maire de Saint-Raymond dans Portneuf, Daniel Dion, a craint le pire lorsqu'un incendie s'est déclaré lundi soir, presque un an après le feu qui a détruit cinq édifices au centre-ville de la municipalité de Portneuf.

Le maire était à la séance du conseil municipal lundi soir, vers 21 h, lorsqu’il a été mis au courant de l’incendie au centre-ville, sur la rue Saint-Joseph, à quelques mètres du lieu de l'incendie de l'an dernier.

« On a eu un appel qu’il y avait un feu au centre-ville, alors je suis venu voir ça. C’est vraiment désolant, je me suis dit : "Ça se peut pas!" »

Le feu s’est déclaré dans un immeuble commercial qui abritait six logements. Le maire craignait que le brasier ne s’étende aux autres édifices du centre-ville, mais il a été circonscrit à une bâtisse en briques. Le commerce a néanmoins été ravagé.

« C’est un commerce très vieux qu’il y avait là, c’est toute une institution à Saint-Raymond, ça a été pendant 60 ans un commerce à Saint-Raymond », souligne M. Dion.

Feu de cuisinière?

Deux personnes ont été blessées dans l'incendie et une autre a été incommodée par la fumée. Un homme aurait subi des brûlures aux avant-bras. Selon le maire, le feu aurait pris naissance dans un chaudron d’huile sur une cuisinière.

« Des explosions ont été entendues et le feu était particulièrement dense », raconte Ghislain Roy, propriétaire d'un restaurant du secteur qui se trouvait sur les lieux avant l’arrivée des pompiers. « C’était vraiment dense comme fumée, c’était incroyable, et le feu sortait des fenêtres, c’est vieux ces bâtisses-là. »

Le citoyen qui allait souper à son restaurant au centre-ville est venu en aide à une dame résidente de l’édifice en flammes.

« Il y avait trois, quatre personnes sur le trottoir qui criaient qu’il y avait quelqu’un sur le balcon et là, j’ai pris le lead d’aller chercher le container et monter une échelle de fortune pour aller contrôler la dame qui était en panique avec son chien », raconte M. Roy.

Il était déjà dans l’échelle pour secourir la dame quand les pompiers sont arrivés. Une quarantaine de pompiers, dont des effectifs de trois municipalités environnantes, ont combattu le brasier qui a été éteint dans la nuit.

Sites à reconstruire

Ce deuxième incident survient alors que la municipalité ne s'est pas encore tout à fait remise de l’incendie de l’an dernier. Le site laissé vacant par les immeubles ravagés n’a pas été reconstruit.

L’entreprise Déry Télécom entend rebâtir un bunker pour regrouper les services techniques, mais un terrain demeurera vacant et devra être vendu. Le salon d’esthétique s'est installé ailleurs.

Une nouvelle vocation sera trouvée au site, dit le maire. « On va probablement combiner ces deux terrains-là pour faire un projet, on a des esquisses des choses de prêtes et on va voir quels projets vont cheminer au cours de l’année. »

Le bâtiment incendié lundi soir sera vraisemblablement démoli et l'espace s'ajoute au périmètre à rénover au centre-ville. Le maire a bon espoir qu’un projet se concrétise d’ici un an.

Plus d'articles

Commentaires