Retour

Sainte-Brigitte-de-Laval demande plus de temps dans le dossier de Sylvain Déry

La Ville de Sainte-Brigitte-de-Laval demande un délai supplémentaire à la Cour supérieure avant de réintégrer l'ancien directeur des affaires juridiques dans son poste tel qu'ordonné par la Commission des relations du travail (CRT).

Dans une décision rendue la semaine dernière, la CRT blâme sévèrement la municipalité pour le congédiement injustifié de Sylvain Déry et de l'ex-directeur général, Gaétan Bussières.

La CRT a donné un ultimatum de huit jours à la Ville pour réintégrer Sylvain Déry dans ses fonctions. Or, Sainte-Brigitte-de-Laval estime que ce n'est pas assez dans les circonstances et demande plutôt un délai de 30 jours pour l'analyse du dossier de Sylvain Déry.

Ce dernier soutient que l'administration de la mairesse Wanita Daniele est « parfaitement dans son droit » de procéder à une telle requête qui, précise-t-il, sera possiblement contestée devant les tribunaux.

Retour au travail

Après l'échéance des huit jours, donc jeudi, Sylvain Déry entend respecter l'ordonnance de la CRT et se présenter au travail pour réintégrer ses fonctions comme directeur des affaires juridiques. « J'ai toujours travaillé pour la population de Sainte-Brigitte de mon mieux et lors de mon retour, je travaillerais de mon mieux encore une fois pour servir la population », souligne-t-il.

Dans son jugement de quelque 130 pages, non seulement le tribunal administratif annule la destitution de Sylvain Déry et de Gaétan Bussières, mais il estime aussi qu'ils ont été victimes de harcèlement psychologique.

Selon Sylvain Déry, cette décision de la CRT envoie un message clair à l'ensemble des élus du Québec. « Une élection, ce n'est pas l'occasion de procéder à un grand ménage partisan. Les fonctionnaires municipaux au Québec travaillent avec acharnement, ardeur, rigueur et on ne peut pas, sur le dos de la politique partisane, promettre des choses et destituer sans raison, voire avec des raisons illégales, les cadres et les hauts fonctionnaires d'une Ville. »

D'anciens élus de Sainte-Brigitte-de-Laval et des opposants à la mairesse Wanita Daniele réclament sa destitution à la suite de cette décision de la Commission des relations du travail.

La municipalité de Sainte-Brigitte-de-Laval a décliné nos demandes d'entrevues sur ce dossier.

Plus d'articles

Commentaires