Retour

Sam Hamad : « C'est bien triste tout ça », dit Labeaume

Qualifiant le travail de Sam Hamad d'« extraordinaire » pour la région de Québec, Régis Labeaume s'est montré empathique envers le député de Louis-Hébert qui a été retiré de ses fonctions de ministre samedi. Le maire qualifie de « bien triste » affaire la controverse dans laquelle l'ex-responsable de la Capitale-Nationale est plongé.

« Sam, ça fait des années que je travaille avec, puis il a été extraordinaire pour la région de Québec. Le reste, je ne veux pas embarquer là-dedans », a-t-il dit lundi, à propos du ministre qui fait l'objet d'une enquête du Commissaire à l'éthique.

Le reportage d'Enquête faisait état d'une série de courriels démontrant que le ministre Hamad faisait avancer les dossiers de Marc-Yvan Côté, alors vice-président du conseil d'administration de Premier Tech. Pour sa part, Marc-Yvan Côté s'activait pour le financement politique de Sam Hamad.

Régis Labeaume a confié avoir appelé Sam Hamad en fin de semaine « pour voir comment il filait », pour « l'encourager ».

Il a aussi parlé avec le premier ministre Philippe Couillard et le nouveau ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais. « On est tout organisé », a rassuré le maire.

Sans présumer de la relation qu'il aura avec M. Blais, il a souligné l'« excellente » synergie qui existait entre son cabinet et celui de Sam Hamad.

Des retards à prévoir?

L'opposition à l'Assemblée nationale s'indigne du départ en Floride de M. Hamad. « Que M. Hamad soit député, c'est une chose, il a droit à son salaire de député, mais qu'il s'en aille pendant ce temps-là en Floride avec en poche son salaire de ministre sans les fonctions, sans les responsabilités, c'est indécent », a dénoncé Agnès Maltais, qui a elle-même été ministre responsable de la Capitale-Nationale..

La députée péquiste ne s'inquiète pas d'éventuels retards dans les dossiers de la Capitale-Nationale en raison du changement de ministre. Pour elle, c'est un moindre mal.

Pour la CAQ, le changement de ministre pour la région ne peut être que « pour le mieux », même si la confiance envers François Blais n'est pas acquise.

« François Blais ne s'est pas démarqué par sa fermeté et sa combativité. Je peux vous dire qu'on est très inquiet quant à sa capacité de faire avancer des dossiers qui jusqu'à maintenant n'ont pas débloqué », a commenté Éric Caire.

Le député de La Peltrie cite en exemple l'élargissement de l'autoroute Laurentienne, le réaménagement de la tête des ponts et l'étude de faisabilité du troisième lien entre Québec et Lévis. Il déplore que Sam Hamad n'ait pas réussi à faire avancer ces dossiers.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine