Après un léger remaniement ministériel, le sort du député de Louis-Hébert Sam Hamad est maintenant fixé : il ne réintègre pas le Conseil des ministres. Sam Hamad avait dû quitter ses fonctions de président du Conseil du Trésor à la suite de révélations sur ses liens avec Marc-Yvan Côté.

Le premier ministre Philippe Couillard a refusé de justifier sa décision. « Je tiens à dire que Sam est une partie importante de notre équipe, une partie importante de notre caucus de Québec, a-t-il poursuivi. Il a une connaissance très fine de la réalité politique et économique de la grande région de Québec. »

La députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais, et le député de la Coalition avenir Québec dans La Peltrie, Éric Caire, croient que le premier ministre a bien de fait de ne pas réintégrer le député de Louis-Hébert au sein du Conseil des ministres. Selon eux, le premier ministre aurait aussi dû profiter de l'occasion pour remplacer le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais.

« Est-ce que c'est une bonne nouvelle de voir François Blais pendant ce temps-là trôner encore comme ministre responsable de la Capitale-Nationale? Non », affirme la députée péquiste Agnès Maltais.

Une inquiétude partagée par son collègue de la CAQ. « Je suis extrêmement déçu de savoir que François Blais est resté ministre de la Capitale-Nationale. Je l'ai qualifié de fantôme de la Capitale-Nationale un peu par dérision, mais il faut bien admettre que c'est assez unanime à Québec que François Blais n'a pas les épaules pour porter les dossiers », dit Éric Caire.

Les deux députés de la région estiment que la région de Québec est mal représentée au sein du Conseil des ministres en ce moment. Agnès Maltais n'y voit toutefois pas de solution « c'est difficile de faire du neuf avec du vieux », conclut-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine