Retour

Service rapide par bus : Labeaume devra revoir ses plans, croient des observateurs

Le système léger sur rails (SLR) qui pourrait voir le jour à Montréal d'ici 2020 fait bien des envieux, à Québec. Devant l'ampleur du projet proposé par la Caisse de dépôt et de placement du Québec (CDPQ), certains observateurs de la capitale croient que le service rapide par bus (SRB) défendu par le maire de Québec, Régis Labeaume, paraît déjà dépassé.

Un texte d'Alexandre Duval

« On perd notre temps avec des candidatures olympiques alors qu'à Montréal, ils passent à l'action et ils règlent les problèmes de congestion », soutient le chef de l'opposition à l'hôtel de ville de Québec, Paul Shoiry.

Le projet de SLR de Montréal comprend 67 kilomètres de rails et 24 stations, dont un lien vers l'Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau. Selon le plan présenté vendredi, le SLR entrerait en fonction dans quantre ans.

En comparaison, le plan de SRB de Québec comprend 38 kilomètres de voies réservées pour des autobus et aboutirait uniquement dans 10 ans. Paul Shoiry y voit un manque de volonté politique.

« Quand Régis Labeaume est sérieux, il fait avancer les dossiers. L'amphithéâtre, ça s'est réglé en deux temps trois mouvements. Il a construit un amphithéâtre en six ans. Alors pourquoi on n'est pas capable de construire un tramway en six ans, sept ans, huit ans et de régler les problèmes de congestion? »

L'autobus : un mode de transport dépassé?

Au-delà du délai de réalisation qu'il juge trop long, Paul Shoiry croit que le SRB ne tient simplement plus la route dans sa forme actuelle.

Le SLR de Montréal, tout électrifié, vient jeter de l'ombre sur le SRB de Québec, pour lequel le maire Labeaume envisage actuellement l'achat d'autobus hybrides.

« Les grandes villes à travers le monde privilégient toujours un projet sur rails [...] C'est ce qui est le mieux à long terme, c'est ce qui est le plus efficace », dit-il.

Le professeur au département de science politique de l'Universié Laval Jean Mercier est du même avis. « Je pense que le rail léger qui avait été mis de côté [en 2015] réapparaît un peu sur l'horizon ».

« Dépolitiser » le SRB

Si le projet de SLR à Montréal apparaît mieux ficelé, aux yeux de certains, que celui du SRB de Québec, c'est parce qu'il est porté par la CDPQ, croit Étienne Grandmont, directeur général d'Accès Transports Viables.

« Quand on dépolitise l'implantation de projet d'infrastructures de transport collectif aussi importants que ça, on arrive à faire des projets qui se font plus rapidement et qui répondent [...] aux besoins de la clientèle. »

Étienne Grandmont croit cependant que pour attirer l'intérêt de la CDPQ envers le SRB de Québec, il faudrait changer le tracé actuel, qui passe par le boulevard Charest, et qu'il juge inopportun.

« Si on avait le bon itinéraire ici à Québec et qu'on faisait passer le transport structurant sur l'axe Colline parlementaire-Laurier, là, on a déjà 60 000 déplacements enregistrés chaque jour et ça, ça justifie pleinement la mise en place d'un tramway. On pourrait aller vers l'électrique et ça, on en produit au Québec. »

Un changement de cap à prévoir?

Démocratie Québec prévoit continuer à frapper sur le clou du SRB afin d'amener le maire Labeaume à modifier le projet. « Maintenant que Montréal et le maire Coderre ont des solutions qui vont être meilleures que celles de Québec, le maire Labeaume n'aura pas d'autre choix que de revoir sa position », estime Paul Shoiry.

Le professeur Jean Mercier croit aussi que le projet du SRB doit être revu, sans quoi Québec accusera trop de retard sur Montréal en matière de transport collectif. « On sait que [Régis Labeaume] a le talent de rebondir et de retomber sur ses pieds alors ça va être intéressant de voir comment il va faire cette fois-ci. »

Régis Labeaume a préféré ne pas commenter le dossier, samedi. Quant au Réseau de transport de la capitale (RTC), son président prévoit faire part de ses impressions sur le SLR de Montréal en début de semaine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine