Retour

Services de garde : « le gouvernement Couillard joue le rôle de Séraphin » - Manon Massé

Les partis d'opposition se soulèvent en bloc contre le gouvernement qui a soutiré, selon des informations obtenues par Radio-Canada, 130 millions de dollars aux parents en 2016 grâce à la modulation des tarifs dans les garderies subventionnées.

C'est quelque 126 000 familles québécoises qui ont donc payé davantage pour les services de garde l'an dernier.

La porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a été la plus cinglante envers l’administration Couillard.

Mme Massé rappelle que 2 600 familles ont dû conclure une entente de financement : « Ça veut dire des familles qui sont en endettement. »

Les libéraux redonnent des « miettes »

La Coalition avenir Québec (CAQ) accuse également les libéraux de redonner des « miettes » après avoir prélevé des millions aux familles. Rappelons que le ministre de la Famille, Sébastien Proulx, confirmait lundi un investissement de 40 millions de dollars pour améliorer les services de garde à l’enfance.

« C’est tout un numéro, tout un spectacle auquel on assiste dans les garderies. Et qui paie encore? Ce sont les contribuables », déplore la porte-parole de la famille à la CAQ, Sylvie D’Amours.

Mme D’Amours estime que les familles québécoises sont victimes d’une promesse rompue du gouvernement libéral. En campagne électorale, les libéraux avaient promis de ne pas augmenter les tarifs de garderie au-delà de l’inflation, rappelle-t-elle.

« Ce qu’on aurait dû faire, c’est laisser l’argent dans les poches des contribuables, s’insurge-t-elle. Normalement, le rôle d’un ministre de la Famille est de défendre les familles québécoises. Pour les libéraux, son rôle est plutôt de les taxer, discrètement et lâchement, lors des déclarations d’impôts. »

Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, considère pour sa part que le gouvernement a fait une erreur en délaissant le tarif unique.

Le ministre se défend

Le ministre Sébastien Proulx a assuré en chambre que l’argent prélevé avec la modulation des tarifs retourne dans les services de garde.

« La modulation payée par les parents est incluse dans le fonds des services de garde, s’est-il défendu. C'est de l'argent qui va directement aux services de garde pour bonifier la qualité, les infrastructures, la sécurité. Ce sont des sommes qui sont investies au quotidien ».

Des parents compréhensifs

Les parents de jeunes enfants rencontrés par Radio-Canada n’étaient pas outrés par la modulation des tarifs selon les revenus.

« C'est un choix de société. Il faut conserver nos acquis, affirme Nicolas Levasseur. Moduler les tarifs, je pense que c'est quelque chose de raisonnable. L'équité au Québec, ça a toujours été une fierté et la solidarité sociale, on devrait en être fier. Mes enfants sont très bien servis au CPE ».

« La modulation ne m'a pas affecté. Je suis une personne fortunée. J'ai la capacité de le payer, dit pour sa part Jean-Luc Bernier. Ça donne un accès équitable au service de garderie étatique. Ça a bien été expliqué. Pour l’instant, c'est un système qui fonctionne assez bien ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine