Retour

Soirée électroFEQ : bruitages hypnotiques sur les Plaines

Les plaines d'Abraham ont pris des airs du Beachclub de Pointe-Calumet, mercredi soir, à l'occasion de la traditionnelle soirée électroFEQ avec, en tête d'affiche, Flume, l'œuvre du DJ australien Harley Streten, devenu récemment une icône de la musique électronique moderne.

Un texte de Charles D'Amboise

Dauphins ou crabes gonflables, tenues légères, colonnes de fumée – et de feu – à profusion : tous les ingrédients étaient réunis dès le départ pour faire sautiller les jeunes fanatiques d’électro et de hip-hop.

En maîtrise totale de ses platines et de la foule, le DJ de 25 ans est apparu sur le coup de 22 h 20 derrière une immense toile. Tout au long de sa prestation de 80 minutes, le musicien était accompagné d’œuvres numériques tantôt provocantes tantôt florales signées par le concepteur australien Jonathan Zawada.

Décomplexé, celui qui a récolté un Grammy pour son deuxième album, Say It, s’est montré souriant, mais peu loquace, laissant toute la place aux tubes bien connus par son jeune public (Never Be Like You, Lose It, You and Me).

Si certains spectateurs semblaient en pâmoison devant l’artiste, d’autres ont préféré quitter le site des Plaines au début de sa prestation. Vers 23 h, de nombreux spectateurs passaient la sortie.

Présenté en quatre temps, l‘électroFEQ s’est amorcé avec le trio ontarien A Tribe Called Red. Une ouverture sobre, marquée par la présence de danseurs autochtones sur scène et de violents « mosh pits » côté foule. Incommodés, plus d’une vingtaine de jeunes festivaliers ont d’ailleurs dû être évacués de ces bousculades qui se déroulaient devant la scène.

Dès la pénombre, l'énergie a monté d'un cran au son des rythmes concoctés par le duo canadien DVBBS. De blanc vêtu, les deux producteurs avaient bien saisi leur rôle d’animateur de foule. La fête était officiellement lancée.

Puis, la soirée a pris une tournure hip-hop au son des premiers tubes enfilés par le rappeur américain Fetty Wap. Propulsé au sommet grâce à la pièce Trap Queen, le rappeur a offert une courte prestation de 40 minutes, laissant une longue pause d'une demi-heure avant l'arrivée de Flume.

Ambulanciers occupés

Les agents de sécurité et les ambulanciers n’ont pas chômé en cette soirée d’été plutôt fraîche. Plusieurs spectateurs fortement intoxiqués ont dû être évacués sur des civières qui défilaient près de la scène en début de soirée. Les ambulanciers de Québec ont été appelés à intervenir à sept reprises en Haute-Ville.

Si les odeurs de marijuana étaient moins fréquentes, plusieurs jeunes festivaliers avaient cependant les pupilles dilatées.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine