Les traversiers ont repris du service ce matin après une grève de presque trois semaines des officiers mécaniciens et de navigation des traversiers du Québec.

Les 150 syndiqués des métallos ont mis fin à la grève dimanche en entérinant leur nouveau contrat de travail dans une proportion de 80 %.

Automobilistes, piétons et cyclistes se sont présentés aux traverses de Québec et de Lévis dès 6 h ce matin. Des usagers, qui avaient dû trouver des solutions de rechange pour se rendre au travail, accueillent avec satisfaction la reprise du service.

« L'habitude revient, ça évite de prendre l'autobus jusque l'autre côté, c'est beaucoup plus rapide, aussi plus efficace », dit une cycliste sur le traversier ce matin.

La Société des traversiers fait par ailleurs savoir que les usagers qui détenaient un laissez-passer pour le mois d'octobre 2015 pourront obtenir un laissez-passer de novembre au coût de 10 $, pour compenser l'interruption de service. Le laissez-passer d'octobre sera accepté jusqu'au 4 novembre.

Deux autres journées de grèves prévues

Malgré la fin de la grève du Syndicat des métallos, les services de traversiers seront interrompus durant deux autres journées ce mois-ci.

Le président-directeur général de la Société des traversiers du Québec, Jocelyn Fortier, explique que d'autres employés participeront aux journées de débrayage du Front commun des syndicats, les 12 et 13 novembre.

« Il y a d'autres employés à la Société des traversiers : les matelots, les personnes qui travaillent à terre dans les gares, qui sont affiliées à d'autres syndicats comme la CSN. On sait qu'il y a une grève annoncée pour les 12 et 13 novembre prochain. »

Les services de traversiers de Québec-Lévis, Matane et Sorel-Tracy seront touchés par ces journées de débrayage.

Des maires réclament le statut de service essentiel

Le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, estime que la fin de la grève des métallos était la preuve que les parties peuvent en arriver à un règlement négocié.

De leur côté, les maires des municipalités touchées par cette grève poursuivent leurs démarches pour que les traverses Québec-Lévis et Sorel-Saint-Ignace-de-Loyola obtiennent le statut de service essentiel. Ce statut, qui limiterait le droit de grève des employés, garantirait des traversiers aux heures de pointe.

Les maires de Québec et de Lévis, Régis Labeaume et Gilles Lehouillier, et les autres maires riverains se réuniront d'ici vendredi. Ils souhaitent se faire entendre par la Commission des relations du travail d'ici la prochaine grève prévue les 12 et 13 novembre.

« Il va falloir qu'on soit entendu. Je vous rappelle que quand Tadoussac a la responsabilité d'éteindre les feux à Baie-Sainte-Catherine et qu'ils ne sont pas sûrs d'être capables de prendre le bateau, si on n'appelle pas ça un service essentiel, je ne sais pas ce que c'est », affirme Régis Labeaume.

La traverse Québec-Lévis dessert environ 5000 usagers chaque jour.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine