Retour

SRB : Laurent Lessard tempère les attentes des maires de Québec et Lévis

N'en déplaise aux maires de Québec et de Lévis, le gouvernement Couillard estime qu'il est prématuré d'envisager l'implantation accélérée du Service rapide par bus (SRB).

Un texte de Louis Gagné

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a soutenu mardi que les élus devaient d'abord promouvoir le projet auprès des citoyens.

« La population ne sait pas encore qu'est-ce que ça veut dire un SRB [...] quels avantages ils en retirent. [Les maires] ont bien compris qu'on a une démonstration à faire, puis ils vont la faire », a déclaré le ministre à la sortie du caucus libéral.

M. Lessard salue néanmoins la détermination du maire Régis Labeaume, et de son homologue de Lévis, Gilles Lehouillier,  à faire avancer le projet du SRB.

À défaut de se mouiller sur l'accélération de la mise en service, le ministre des Transports a réitéré l'appui de son gouvernement à ce projet d'infrastructure, dont les coûts sont évalués à plus d'un milliard de dollars.

« Le gouvernement s'est campé là-dessus, a donné 14,2 millions pour les projets, les études, et j'ai deux maires qui ont l'ambition de le livrer », s'est-il réjoui.

Régis Labeaume et Gilles Lehouillier ont interpellé les gouvernements fédéral et provincial, lundi, afin qu'ils les aident à accélérer l'implantation du SRB. Le maire de Québec croit être en mesure « de gagner une couple d'années ».

« On pense qu'on peut aller plus vite, il n'y a pas de doute, mais il faut voir avec les gouvernements parce que même si on veut aller plus vite, si l'argent ne va pas plus vite, on n'est pas avancé », a fait valoir Régis Labeaume.

Le représentant du gouvernement fédéral dans la région de Québec, Jean-Yves Duclos,  se montre ouvert à  la demande des maires d'accélérer la mise en service du SRB.

Il a toutefois précisé que l'argent d'Ottawa ne sera pas versé tant et aussi longtemps que le gouvernement du Québec n'aura pas identifié ses priorités en matière d'infrastructures dans la région de la Capitale-Nationale.

« On s'attend à ce que le gouvernement du Québec soit évidemment attentif aux priorités des acteurs et des élus de la région de Québec. On s'attend à ce qu'il fasse ce travail-là et quand ça sera fait, nous on sera là pour répondre à ses ambitions et à ses priorités », a assuré le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.

Selon l'échéancier actuel, la première phase du projet, qui consiste à relier les plus importants pôles de déplacement sur la rive nord et la rive sud du Saint-Laurent, doit être livrée en 2022. Le reste du réseau ne sera pas complété avant 2025.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?