Retour

Stationnement d'hôpitaux : pas plus de 10 $ dit la CAQ

En 2014-2015, les stationnements du CHU de Québec ont généré des profits de 7,4 millions de dollars grâce à des frais allant jusqu'à 16 dollars pour une visite de plus de 3 heures. Ces données compilées par Radio-Canada ont fait bondir les critiques en matière de santé des partis d'opposition à l'Assemblée nationale.

« Est-ce qu'il est normal qu'on paie 12 $ pour le stationnement au Grand Théâtre pour aller voir un spectacle et qu'on paie 16 $ pour aller dans un centre hospitalier ? », lance le critique en matière de santé de la Coalition avenir Québec (CAQ).

François Paradis propose d'harmoniser les tarifs de stationnement des centres de soins hospitaliers et de fixer un prix plafond entre sept et dix dollars selon les régions. Il insiste aussi pour que les deux premières heures de stationnement soient gratuites.

Sa vis-à-vis péquiste qualifie quant à elle « d'abusifs » les frais de stationnement exigés par les hôpitaux.

« Le stationnement n'est pas une option. C'est un service essentiel dans bien des cas, argumente Diane Lamarre. Les coupes du ministre ne nous aident pas et font en sorte que ces mesures-là sont prises en désespoir de cause par les hôpitaux et les fondations. »

Au bureau du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, on explique que les stationnements ne sont pas des soins de santé et que les établissements ont l'obligation de les autofinancer.

« Cependant, il est important de réitérer le fait que les surplus qui seraient générés par les stationnements doivent être réinvestis automatiquement et obligatoirement dans les soins aux patients », précise l'attachée de presse Julia White dans sa réponse par courriel.

Plus d'articles