QUÉBEC - Adonis Stevenson a passé le K.-O. à l'Américain Thomas Williams fils au 4e round pour conserver son titre de champion des mi-lourds du WBC, vendredi soir, au Centre Vidéotron de Québec.

Un texte de Jean-François Chabot

Grand amateur d'échecs, Stevenson a sorti l'artillerie lourde pour prendre d'assaut la tour de son adversaire et le mettre échec et mat en moins de quatre rounds au grand plaisir des 4560 spectateurs présents.

À 38 ans, Stevenson n'avait visiblement aucune envie de finir en fou du roi. Il a bien placé ses pions pour prendre la forteresse d'un opposant qui a tout jeté dans cette bataille. 

On a d'abord cru que Stevenson allait en finir dès le premier round quand il a terrassé Williams d'un solide crochet du gauche à la tête bon pour un compte de 8.

Mais profitant du court répit entre les deux rounds, Williams est revenu avec force pour signifier à « Superman » qu'il avait une bataille sur les bras. Stevenson en a été quitte pour quelques bombes de la part de son belliqueux rival.

Le troisième round a été une véritable guerre de tranchées, où Stevenson a semblé avoir un léger avantage. Les coups terrifiants pleuvaient de part et d'autre. C'était à celui qui resterait debout sans reculer face aux assauts de l'autre.

Au 4e round, Stevenson a rapidement fait des dommages avec des coups à l'abdomen, puis à la tête. Williams a vacillé avant de tomber sur un solide crochet du gauche au menton qui a mis fin au duel après 2 min 54 s du quatrième round.

Dans le ring, Stevenson a dit qu'il avait combattu le feu avec le feu et qu'il était content d'avoir tenu promesse en ce jour d'anniversaire de sa fille.

« Je savais qu'il frappait fort et que même quand il va au plancher, il peut revenir. Il cogne très dur, mais il ne m'a pas vraiment ébranlé même au 2e round », a dit Stevenson en point de presse.

« J'ai montré ce soir que je savais aussi boxer des deux mains. J'ai ajusté mon style et je me suis battu en rapproché et je l'ai atteint avec des droites et des gauches au corps avant de le mettre K.-O. »

Stevenson n'a pas voulu trop s'avancer quant à l'identité de son prochain adversaire. « J'affronte les boxeurs que mon gérant Al Haymon me dit d'affronter. C'est sûr que j'aimerais enfin boxer contre "Krushe" (Sergey Kovalev). Mais ça ne dépend pas que de moi. Si c'est Alvarez, ce sera Alvarez, qui est comme moi sous contrat avec Al Haymon », a conclu Stevenson.

Solide prestation d'Alvarez

À défaut de se frotter à un boxeur aussi prestigieux que Chad Dawson, le Colombien et Montréalais d'adoption Eleider Alvarez (20-0, 11 K.-O.) a livré un combat qui lui a permis d'afficher sa nette supériorité sur le Néo-Zélandais Robert Berridge (27-5,1, 21 K.-O.).

Alvarez a récolté une 20e victoire dans les rangs professionnels en l'emportant par décision unanime avec des pointages à sens unique (99-90, 98-92, 98-92) sur les cartes des trois juges.

Alvarez a martelé sans cesse son adversaire en se servant de sa meilleure arme, son jab, qui perçait la défense en marquant autant le visage de Berridge que les feuilles de pointage. La longue portée d'Alvarez lui a permis d'être en maîtrise presque de la première à la dernière cloche.

« Je ne suis pas satisfait à 100 % de mon combat. Je suis content du résultat, mais je voulais en faire plus. Je voulais faire plus de combinaisons, mais je ne sais pas pourquoi ça n'a pas marché. Je vais devoir regarder la vidéo pour comprendre », a expliqué Alvarez après le combat.

Il a ensuite rendu hommage et remercié Berridge d'avoir accepté ce combat à seulement 10 jours d'avis.

Au-delà de la victoire, son maintien dans le rôle d'aspirant no 1 du WBC lui promet l'occasion dont il rêve depuis si longtemps, soit celle de livrer un combat de championnat du monde.

L'adversaire? Nul autre qu'Adonis Stevenson. Des informations circulent déjà selon lesquelles l'affrontement aurait lieu à Québec en décembre. Et pendant ce temps, un certain Jean Pascal qui espérait affronter « Superman » se trouverait écarté de l'équation.

La suite de la saga s'annonce intéressante.

Le prochain gala que proposera Yvon Michel aura lieu en septembre.

Autres combats :

  • Sébastien Bouchard (14-1, 5 K.-O.) bat Alejandro Herrera (14-4-2, 5 K.-O.) - TKO Abandon fin du 4e round
  • Oscar Rivas (20-0, 15 K,-O,) bat Jeremiah Karpency (12-1-1, 4 K.-O.) - Arrêt de l'arbitre TKO à 1:49 du 3e round
  • Ammanuwel Aleem (16-0-1, 9 K.-O.) et Demond Nicholson (17-1-1) - Combat nul majoritaire 77-75, 76-76, 76-76
  • Custio Clayton (9-0, 7 K.-O.) bat Silverio Ortiz (34-18, 16 K.-O.) - Décision unanime 60-54, 60-54, 60-54
  • Eric Martel Bahoeli (11-6-1, 7 K,-O,) et Avery Gibson (7-5-4, 2 K.-O.) Combat nul 57-57, 57-57, 57-57

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine