Retour

Survivre à une mort subite d'origine cardiaque

Harold Delisle est un survivant. Le père de famille a été victime de la mort subite, un malaise cardiaque qui survient de façon brutale, sans signe avant-coureur. Une accumulation de cholestérol dans ses artères serait la cause de son arrêt cardiaque.

L'homme de 58 ans se considère chanceux d'avoir survécu et souhaite sensibiliser les gens à l'importance de bouger et prendre soin de sa santé.

Dès son jeune âge, Harold Delisle a intégré l'activité physique à son mode de vie. Il pratiquait régulièrement le soccer, le hockey et le baseball. Depuis quelques années, l'entraînement en salle lui permettait de maintenir la forme.

Tous les matins, il pédalait sur son vélo stationnaire, faisait de l'elliptique et marchait régulièrement. En avril 2015, sa vie a cependant basculé. « J'avais une sensation étrange, mais je ne savais pas ce que j'avais. C'était comme un engourdissement, mais très prononcé », raconte-t-il.

Il se rend immédiatement à l'urgence de l'hôpital Laval. À son arrivée, Harold Delisle tombe au sol. Son coeur cesse de battre et il cesse de respirer.

« Les médecins ont constaté mon décès à l'urgence. Ils m'ont fait des massages cardiaques, m'ont apporté à l'unité coronarienne et ils m'ont débloqué. »

Malgré sa bonne condition physique, Harold Delisle éprouvait un grave problème de cholestérol. Une accumulation s'était formée dans ses artères, ce qui a causé un blocage aigu des artères coronaires et une mort subite.

Un miraculé

Le cardiologue Paul Poirier de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec confirme que le quinquagénaire a été très chanceux.

« Si ce monsieur-là ne s'était pas effondré dans notre salle d'attente et s'il n'avait pas été en forme, il ferait partie du 30 % de gens qui décèdent par mort subite. »

Il y a 10 ans, la moitié des victimes de mort subite décédait. Le risque d'être victime de ce malaise augmente sans cesse à compter de 35 ans.

« Au-dessus de 35 ans, c'est une maladie coronarienne, un blocage des artères qui est secondaire à des facteurs de risque tels le tabac, le diabète, l'hypertension, le cholestérol, la sédentarité et l'obésité. En bas de 35 ans, c'est une anomalie de la structure du coeur. Ce sont les jeunes qu'on rencontre dans les 10km, les demi-marathons, les marathons. Les jeunes qui meurent tragiquement », explique le cardiologue.

Retrouver la santé

Harold Delisle est maintenant suivi au Pavillon de prévention des maladies cardiaques (PPMC) de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec-Université Laval.

Son équipe d'infirmières cliniciennes, de kinésiologues et de nutritionnistes possède toute l'expertise nécessaire pour aider à retrouver la forme et améliorer sa capacité physique après un problème de santé.

« À ce jour, je peux dire que j'ai repris toute ma confiance. Je ne suis plus craintif de m'entraîner, je suis capable de me déplacer, de marcher sans avoir d'arrière- pensées et sans me demander ce qu'il pourrait m'arriver », affirme M. Gagné.

Il est encore suivi de près par un médecin afin éviter une récidive. Personne n'est à l'abri de la mort subite d'origine cardiaque.

D'après un reportage de Mariève Côté.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards