Retour

T.-N.-L. doit demeurer « ouverte d’esprit » vis-à-vis du Québec dans ses négociations

La transaction date de 1969 et prévoit que le Québec profite de la quasi-totalité de la production d’hydroélectricité de la centrale de Churchill Falls, qui lui est vendue à bon prix.

Cela fait toutefois environ 40 ans que Terre-Neuve-et-Labrador tente de convaincre le Québec de revenir sur sa décision et depuis mardi, cela pourrait se concrétiser après que Pierre Arcand, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec, en ait fait l'annonce.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, entend demeurer ouvert vis-à-vis du Québec, qui a signifié vouloir « enterrer la hache de guerre ».

« C’est une opportunité que nous considérerons, c’est la chose responsable à faire en tant que premier ministre de la province. »

La question c’est de savoir quels peuvent être les avantages pour les Terre-Neuviens et Labradoriens

Dwight Ball, premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador

M. Ball ne s’est toutefois pas encore entretenu avec son homologue québécois et il affirme que cette discussion sera nécessaire pour déterminer les détails d’une éventuelle nouvelle entente.

Il s’est dit toujours ouvert à travailler de pair avec les autres provinces canadiennes si cela peut aider les habitants de sa province.

Le ministre québécois responsable des Affaires intergouvernementales et de la Réforme des institutions démocratiques, Jean-Marc Fournier, affirme que l’on entretient un « litige » du passé et qu’il faut se tourner vers le futur. Que c’est là la « formule gagnante ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?