Retour

Taxis à l'aéroport : audiences reportées sur la facturation supplémentaire de 4 $

La Commission des transports du Québec reporte ses audiences sur le prix des courses par taxi effectuées de l'aéroport de Québec, qui devaient se tenir lundi matin, en raison des débats entourant l'industrie du taxi au Québec et la cohabitation avec l'entreprise Uber.

L'aéroport international Jean-Lesage a soumis une requête à la Commission, en juillet dernier, dans le but de faire payer un montant supplémentaire aux clients des taxis qui quittent ses installations.

L'aéroport espère obtenir 4 $ pour chaque course faite à partir de son terminal. Les frais pour le transport par limousine seraient fixés à 7,50 $.

Le représentant de l'aéroport, Me David Blair, a demandé ce report puisque « l'industrie vit beaucoup d'incertitude ». Devant les commissaires, il a plaidé qu'un délai supplémentaire permettra de mieux déterminer les demandes de l'industrie.

Selon lui, l'administration aéroportuaire a « toujours compris avoir l'appui des taxis ». Or, le mémoire déposé par le Regroupement des intermédiaires du taxi de Québec (RITQ) au début de septembre démontre un changement de cap des chauffeurs.

Me Blair souhaite conserver le dossier sur la tarification à l'extérieur d'un débat qualifié de « beaucoup plus large ».

Les chauffeurs satisfaits du report

C'est un point de vue que partage le président du RITQ, Abdallah Homsy. « On ne veut pas que le débat sur les frais de prise en charge se retrouve dans le débat sur Uber et le mécontentement de l'industrie du taxi », a-t-il plaidé devant les commissaires, avant de consentir à la demande de report.

« Le plus important, c'est la communication et, aujourd'hui, on n'a pas l'esprit à ça. On n'a pas besoin de quelque chose de plus pour mettre de l'huile sur le feu », a ajouté M. Homsy à la sortie de la salle d'audience.

L'argent des taxis permettrait à l'aéroport de couvrir les dépenses liées au déménagement et à l'agrandissement de la zone d'attente des taxis, ainsi que les services d'un répartiteur engagé l'an dernier.

Dans un mémoire, l'industrie du taxi a indiqué souhaiter collaborer avec l'administration aéroportuaire, mais espère que d'autres voies seront envisagées.

Le président du RITQ avance, par exemple, l'idée d'un tarif moindre, applicable pour les courses faites à partir ou en direction de l'aéroport.

« Par rapport à 4 $ pour un voyage, 2 $ dans les deux sens, ça se digère mieux », plaide M. Homsy.

Les audiences ont été reportées à une date qui n'a pas été fixée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine