Retour

Tensions entre le Centre Jardin Hamel et L'Ancienne-Lorette

Les propriétaires du Centre Jardin Hamel accusent le maire de L'Ancienne-Lorette, Émile Loranger, de vouloir empêcher la reconstruction de leur centre horticole, qui a été rasé par les flammes en mars dernier.

Le Centre Jardin Hamel a repris ses activités avec des installations temporaires et attend des nouvelles de la Ville pour obtenir les permis de construction. Les propriétaires ont soumis cinq versions différentes de leur projet, dit le copropriétaire Jean-Paul Daoust, mais L'Ancienne-Lorette n'a toujours pas donné son aval.

« On se fait niaiser, ils ne veulent pas du Centre Jardin », affirme Jean-Paul Daoust.

Le dernier projet soumis à la Ville prévoit la construction d'un bâtiment de serre de 80 000 pieds carrés en polycarbonate, le long du boulevard Hamel, et occupant plus de 50 % de la superficie du terrain. Le stationnement serait situé sur le côté.

Selon M. Daoust, les plans correspondent en tous points aux critères de L'Ancienne-Lorette, qui veut d'un projet « beau, propre et qui rapporte beaucoup de taxes ».

« C'est pas le projet qu'on voulait [...] Le bâtiment va coûter plus cher à chauffer et d'un point de vue environnemental et énergétique, c'est moins performant, mais c'est ce que la Ville veut, c'est ce qu'on leur a fait. »

Le copropriétaire estime que le projet de 4,5 millions rapporterait entre 200 000 $ et 250 000 $ de taxes foncières à la Ville de L'Ancienne-Lorette, mais que le maire Émile Loranger en espère davantage. Selon M. Daoust, le maire Loranger est entièrement responsable des tergiversations dans le dossier.

« Le maire Loranger l'a bien expliqué, la Ville de L'Ancienne-Lorette, c'est lui [...] Ça fait que si ça lui fait plaisir, ça se fait, si ça ne lui fait pas plaisir, ça ne se fait pas, mais dans notre situation, ce qui est frustrant, c'est que le premier plan, il ne l'aime pas, le deuxième, le quatrième, on répond à toutes ses demandes, il nous dit oui, une semaine après finalement : "J'aime plus votre projet." »

Les propriétaires attendent des nouvelles de leur dernière proposition qui a été soumise au service d'urbanisme de la Ville, il y a deux semaines. L'entreprise, qui compte une trentaine d'employés, affirme qu'elle doit procéder à la reconstruction cet automne pour assurer sa survie.

La Ville de L'Ancienne-Lorette n'a pas encore fait de commentaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine