Retour

The Weeknd au FEQ, un formidable concert d'ouverture

Il y a plus d'un an, The Weeknd annulait à la dernière minute son spectacle au Centre Vidéotron, prétextant un empoisonnement alimentaire. Les fans sceptiques l'avaient alors vertement critiqué. Son premier spectacle à Québec, à l'occasion du Festival d'été (FEQ), se devait donc d'être grandiose.

Une critique d'Anne-Josée Cameron

À voir la foule monstre rassemblée sur les plaines d'Abraham jeudi soir pour entendre The Weeknd, il semblait difficile de croire qu'en mai 2017, si peu avait souhaité voir le concert donné au Centre Vidéotron.

Le chanteur canadien, né Abel Makkonen Tesfaye, est entré sur scène en conquérant, littéralement, entamant aussitôt deux de ses pièces les plus connues, Pray For Me, que l'on retrouve sur la trame sonore du film Panthère noire, et Starboy.

Le charisme de l'artiste a opéré dès les premières minutes, aidé en cela par une mise en scène rodée au quart de tour, où projections vidéo, éclairages puissants, décibels survoltés, et même pyrotechnie ont carrément envoûté les spectateurs.

D'ailleurs, les images en noir et blanc diffusées sur les écrans géants de la scène ajoutaient au caractère dramatique du moment, donnant déjà à la foule le sentiment de vivre un concert dont ils se souviendraient longtemps.

Moments forts

The Weeknd a enchaîné les 10 premières chansons à un rythme d'enfer, s'adressant très peu à la foule, seul signe peut-être d'une quelconque nervosité. Ensuite, sont venus les gros succès comme Can't feel my face, I feel it coming. et Earned it, l'artiste a alors semblé se détendre et savourer pleinement la deuxième partie du concert.

La chanson Often, quant à elle, a soulevé la foule qui chantait, dansait et applaudissait.

Et que dire de Call out my name et de Hills qui ont conclu le premier passage de The Weeknd sur les plaines d'Abraham sous des éclairs de feu?

Vraiment, l'artiste a offert aux festivaliers un très bon concert!

Chromeo

Chromeo, qui jouait juste avant The Weeknd, a mis quelques chansons à séduire la foule, mais une fois lancé, le duo a offert une performance enlevante. Après une entrée scintillante et chromée, à l'image de leur signature musicale très année 80, le duo montréalais a enchaîné avec Come Alive, Bonafied Lovin et Juice.

Ils ont principalement offert aux amateurs des pièces de leurs deux derniers albums White Woman et de Head over heels.

Malheureusement pour eux, malgré une performance réussie, on a bien senti que la foule attendait surtout et avant tout The Weeknd.

Neil Young sera vendredi la tête d'affiche sur les plaines pour la deuxième soirée du FEQ.

Plus d'articles