Dans moins d'une semaine, le 63e Carnaval de Québec sera lancé. Au-delà de toutes les nouveautés annoncées le mois dernier, l'incontournable palais de Bonhomme subira aussi quelques modifications. Le réalisateur du palais, Marc Lepire, travaille d'ailleurs à plein régime pour compléter la structure.

Première nouveauté : le déménagement de la grande glissade. D’ordinaire installée sur les plaines d’Abraham, elle sera plutôt annexée au palais de Bonhomme, cette année, et mettra à profit les fortifications historiques de Québec.

« Il fallait trouver une grande place où on pouvait mettre la grande glissade et on a décidé de la mettre sur les remparts de Québec », explique Marc Lepire.

Ça va être un emplacement féérique parce que c'est plus haut alors on voit plus grand, on voit le palais de derrière, ce qu'on ne voyait pas d'habitude.

Marc Lepire, réalisateur du palais de Bonhomme

Ce déménagement a toutefois causé quelques petits maux de tête aux concepteurs. Transporter les quelque 300 blocs de glace qui composent la glissade dans le secteur étroit des remparts n’a pas été de tout repos.

« Tout a été plus compliqué, mais on va réussir », lance Marc Lepire. Il assure que tout sera prêt à temps pour le lancement du Carnaval, le vendredi 27 janvier.

Un palais plus contemporain

Autre changement : l’allure générale du palais. Il est « très différent des autres années vu que ce n’est pas une architecture médiévale », explique le réalisateur.

Avec ses airs contemporains, le palais de Bonhomme sera aussi plus grand que par le passé, ce qui devrait permettre d’accueillir plus de visiteurs. Les lignes de la structure sont aussi beaucoup plus droites.

« Ça a été beaucoup plus compliqué de monter le palais, car il fallait tout commencer en même temps pour que tout s'imbrique bien comme il le faut, vu qu'il y a des grands murs très hauts. »

Le redoux des derniers jours inquiète-t-il le réalisateur? « Ce n’est pas une bonne nouvelle, mais tant qu’il n’y a pas de soleil, pour nous, il n’y pas de danger », dit-il.

Le soleil, lorsque jumelé à des températures trop douces, fait perdre de la transparence aux blocs de glace qui composent le palais, explique Marc Lepire.

« Il faudrait qu’il fasse vraiment très chaud avant que ça fasse un gros dégât au palais […] Il y a encore beaucoup de glace à placer avant vendredi, alors on fait de grosses journées! »

Plus d'articles

Commentaires