Retour

« Tout le monde a droit à l’erreur », dit le chef de Québec 21

La porte du parti Québec 21 n'est pas fermée pour toujours pour Frédérick Têtu. Le chef de la formation politique, Jean-François Gosselin, estime que son candidat déchu doit se reposer et prendre du temps pour lui. « Après ça, on verra ce que l'avenir nous réserve ».

Un texte d’Alexandre Duval

« Si M. Têtu revient en pleine forme et a le goût de réintégrer l’équipe, on va prendre le temps de s’asseoir, on va se parler et on peut recommencer à travailler ensemble », laisse entrevoir Jean-François Gosselin.

Après avoir livré une entrevue radio particulièrement erratique sur les ondes de CHOI, cette semaine, M. Têtu a démissionné jeudi comme candidat dans Loretteville-Les Châtels. Vendredi soir, par l’entremise de sa page Facebook, il a aussi annoncé qu’il quittait la présidence du parti qu’il a lui-même fondé.

Selon Jean-François Gosselin, M. Têtu a droit à l’erreur. « Il a fait une erreur, il le sait, il a démissionné, il n’est pas fier de lui, mais il a payé un prix très élevé. »

Si les élections municipales de novembre lui sont favorables, pourrait-il embaucher M. Têtu au sein de son équipe? « Je ne suis vraiment pas rendu là. Je vous dirais qu’on est conscients qu’on a encore beaucoup d’étapes à franchir avant de parler d’être élus à l’hôtel de ville de Québec. »

Un bilan cette semaine

Deux mois après la fondation de son parti, Jean-François Gosselin annonce qu’il fera un bilan provisoire, au cours de la prochaine semaine. « On a parcouru beaucoup de chemin », dit le chef, qui a la conviction d’être parvenu à se faire connaître du public.

La formation politique a annoncé les noms de huit de ses candidats jusqu’à maintenant, excluant M. Têtu.

Avec le retrait complet de ce dernier, c’est Jean-François Gosselin lui-même qui prendra les rênes de la présidence de Québec 21. Il faudra toutefois quelques jours avant que ce changement soit officialisé auprès du Directeur général des élections du Québec.

Plus d'articles

Commentaires