Retour

Toys « R » Us se met à l'abri de ses créanciers

Le détaillant américain Toys « R » Us se place sous la protection de la loi américaine sur les faillites et entend soumettre une requête similaire sous peu au Canada. Une dette élevée et la forte concurrence des commerçants en ligne comme Amazon sont à l'origine de cette situation.

Les représentants de Toys « R » Us se sont présentés tard lundi devant un tribunal de Richmond, en Virginie. Leurs homologues canadiens feraient de même, aujourd’hui, en se présentant devant la Cour supérieure de l'Ontario pour invoquer la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies du Canada.

Le détaillant entend restructurer ses activités et établir un plan financier qui lui permettra de retrouver la voie de la croissance.

Entre temps, le détaillant de Wayne, au New Jersey, dit avoir obtenu un financement de trois milliards de dollars américains qui lui permettra de maintenir les activités de la grande majorité de ses quelque 1600 magasins Toys « R » Us et Babies « R » Us partout dans le monde.

Les ennuis de Toys « R » Us surviennent au moment où les détaillants se préparent pour la période des fêtes. Dans un communiqué, le fabricant de jouets Mattel affirme appuyer son partenaire dans le processus qu’il traverse.

Une partie des ennuis du vendeur de jouets est due au rôle joué par des fonds d’investisseurs qui, en rachetant l'entreprise en 2005, l'ont lourdement endettée. La transaction de 7,5 milliards de dollars américains a laissé à Toys « R » Us un lourd passif qu'elle est incapable de rembourser.

Sa dette à long terme s'établit aujourd'hui à quelque cinq milliards de dollars américains.

Une industrie en mutation

Lors du trimestre qui s’est terminé en avril, l’entreprise a affiché une perte de 164 millions de dollars américains, par rapport à une perte de 126 millions pendant la même période l’an dernier. Toys « R » n’a affiché aucun bénéfice annuel depuis 2013.

Selon Bloomberg, les nombreux détaillants « brique et mortier » qui se sont protégés de leurs créanciers au cours de la dernière année modifieront le portrait de l’industrie des centres commerciaux américains.

Plus de 10 % de la superficie du commerce de détail aux États-Unis, l’équivalent d’un milliard de pieds carrés, sera fermée ou convertie à d’autres utilisations au cours des prochaines années, indiquent des données fournies par CoStar Group.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine