Retour

Tragédie de Valcartier en 1974 : les cadets reçoivent enfin des soins de santé

Les Forces armées canadiennes ont souligné, samedi, le 42e anniversaire de l'accident qui a tué 6 cadets et en a blessé des dizaines d'autres en 1974 quand une grenade a explosé lors d'une formation.

La cérémonie avait une signification particulière cette année. Un an après le dépôt du rapport de l'ombudsman de la Défense nationale, qui blâmait les Forces canadiennes pour traitement injuste des cadets après la tragédie, certaines victimes ont commencé à recevoir un suivi médical et des traitements psychologiques.

L'expert en sécurité Michel Juneau-Katsuya, qui était cadet au moment du drame et qui préside le comité de négociations avec Ottawa, explique que le soutien médical pour les victimes était au sommet de ses priorités. « C'était notre urgence. Avant de parler gros sous, on voulait parler du médical, parce qu'on a des gens qui sont encore aujourd'hui sérieusement affectés de ça. »

Si certaines victimes ont réussi à mener une vie plutôt normale, d'autres « ont de sérieuses difficultés physiques et psychologiques, donc il fallait s'occuper urgemment de ça », raconte Michel Juneau-Katsuya.

Dans un communiqué publié cette semaine, le vice-chef d'état-major de la défense, le lieutenant-général Guy Thibault a soutenu que les évaluations médicales allaient se poursuivre dans le but d'élaborer « des plans de traitement personnalisé afin de déterminer de quels types de soins elles [les victimes] ont le plus besoin ».

Les Forces armées canadiennes indiquent du même souffle que les démarches concernant une éventuelle compensation financière pour les victimes et leur famille sont toujours en cours.

L'ombudsman de la Défense nationale s'est dit satisfait de cette mise à jour et a indiqué qu'il continuerait de suivre la mise en oeuvre de ses recommandations.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine