L'École secondaire de la Cité dans le quartier Limoilou sollicite les entreprises afin d'intégrer sur le marché du travail les élèves atteints d'une déficience intellectuelle et du trouble de l'autisme.

Depuis une vingtaine d'années, l'établissement offre des ateliers de travail aux jeunes à partir de 17 ans afin de rendre ces clientèles plus autonomes au moment de franchir l'âge de 21 ans.

Toutefois après 21 ans, les élèves font face à un vide de service s'ils ne trouvent pas de stage ou d'emploi pour continuer à mettre en pratique ce qu'ils ont appris pendant leur formation, souligne l'enseignante Annick Lavoie.

« On appelle les employeurs à ouvrir leurs portes parce qu'il y a un espèce de trou après 21 ans. Ça serait très aidant que la région ouvre ses portes à nos élèves pour vivre des expériences de travail. »

Durant les ateliers à l'école, les élèves ont développé leurs habiletés dans toutes sortes de tâches, ensachage, emballage, secrétariat. Ils peuvent apporter beaucoup aux entreprises, souligne Mme Lavoie.

« Ça donne un coup de pouce, mais aussi, ça crée vraiment une dynamique dans l'esprit d'équipe, dans le milieu de travail, ça crée une belle ambiance. »

Annick Lavoie précise qu'un accompagnement est prévu lorsque les jeunes intègrent les entreprises. Une équipe d'éducateurs fait des visites ponctuelles dans le milieu de travail pour assister les jeunes et les employeurs.

Incertitude angoissante

Pour les parents, ne pas savoir si le jeune pourra avoir un travail et maintenir ses acquis à la suite de la formation crée beaucoup d'angoisse.

Roger Lapointe n'entend pas laisser son fils Olivier, âgé de 20 ans, devant la télévision à ne rien faire.

« Il a bien trop de potentiel pour ça, ils [les intervenants scolaires] ont bien trop travaillé pour ça, et nous aussi comme parents. [...] Il est certainement capable d'apporter un plus à la société », dit-il.

Olivier a d'ailleurs hâte de trouver un emploi. « J'ai hâte de travailler et ça ve me tenter de trouver une carrière moi-même. »

Plusieurs entreprises de la région accueillent chaque année des élèves de l'École secondaire de la Cité. Le travail en entreprise peut être bénévole ou rémunéré.

Plus d'articles

Commentaires