Retour

Traversiers : le maire Labeaume souhaite une loi spéciale

Le maire de Québec souhaite que le gouvernement du Québec adopte une loi spéciale afin de régler le conflit à la Société des traversiers.

En marge de la séance du conseil municipal ce soir, Régis Labeaume a souligné que l'interruption de service de traversiers entre Québec et Lévis touchait particulièrement les personnes les plus démunies et qu'une loi allait s'imposer.

« Je souhaite une loi spéciale plus tôt que tard, parce que ce sont les gens qui en ont le plus besoin, qui sont le moins fortunés, qui sont plus vulnérables, peut-être qu'ils n'ont pas de voiture, qui peinent encore », a dit le maire.

Le maire de Québec entend d'ailleurs joindre son homologue de Lévis dans les démarches pour que la traverse soit reconnue comme service essentiel.

« On va écrire à l'organisme approprié pour demander que ce soit considéré dorénavant comme devant faire l'objet de services essentiels. »

De son côté, le chef de Démocratie Québec, Paul Shoiry, estime que c'est la définition de service essentiel qui doit être revue.

« C'est ce qui a toujours fait problème à chaque fois qu'une grève touche le transport des personnes. C'est une définition qui date de plusieurs décennies et le gouvernement ne veut toujours pas revoir la définition du service essentiel. »

Pas d'intervention de Québec

Quant au gouvernement Couillard, il a fait savoir un peu plus tôt qu'il n'avait pas l'intention d'intervenir pour mettre un terme à la grève à la Société des traversiers du Québec.

Le ministre du Travail, Sam Hamad, estime qu'il faut donner une chance au coureur et laisser les travailleurs voter sur les dernières offres du gouvernement.

« S'il y a un impact sur l'économie, la santé, la sécurité, à moment donné, il y a des gestes à poser, mais pour le moment, par respect au processus, on a dit aux gens : "on a bonifié l'offre, on a fait nos devoirs, maintenant c'est à vous à réagir". »

Les quelque 150 officiers mécaniciens et de navigation de la Société des traversiers du Québec sont en grève illimitée depuis le 13 octobre. Depuis dimanche dernier, les grévistes des cinq régions touchées se prononcent sur les offres patronales et sur la poursuite de la grève.

Les syndiqués de Québec voteront jeudi soir.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine