Retour

Trisomie 21 : un tatouage pour faire tomber les préjugés

Après les États-Unis, le Québec rejoint un mouvement de sensibilisation qui invite la population à se faire tatouer trois petits chevrons, symbole des trois chromosomes 21, l'anomalie à l'origine du syndrome de Down. Des dizaines de Québécois portent depuis dimanche ce symbole de l'inclusion.

Le mouvement a été créé au Texas par un groupe de mères d’enfants vivant avec la trisomie 21. Grâce aux réseaux sociaux, l’initiative s’est rendue jusqu’à la Belle Province.

À Québec, c'est l'Association pour l'intégration sociale qui organisait l'activité.

« Des mouvements comme ceux-là ramènent la déficience intellectuelle à l’avant, indique François Bellerive, directeur général de l’organisme. Ça normalise, ça simplifie et ça met de l’avant des personnes qu’on n’associe pas nécessairement à la trisomie 21. »

Le but du mouvement est l’inclusion sociale, afin que chaque personne soit reconnue pour ses forces et non pas pour ses limitations.

Combattre les préjugés

Pour Julie Bergeron, qui a une fille de 9 ans vivant avec la trisomie 21, le fait de se faire tatouer est une action concrète pour démystifier les préjugés.

« Pour moi, ça symbolise aussi toute la communauté autour de nos enfants, affirme-t-elle. Ensemble, on doit toujours aller de l’avant. »

Charles Tremblay, lui, s'est fait tatouer pour la première fois sous les yeux attendris de sa petite soeur qui vit avec la trisomie 21.

« Si on me proposait de changer et d'avoir une petite soeur qui n'a pas la trisomie 21, je refuserais parce que ce ne serait pas ma petite soeur. Ça fait partie de sa personnalité. Ça fait partie de qui elle est. C'est important de les accepter comme ils sont. »

L’activité se tenait simultanément à Québec, à Montréal, à Sherbrooke, à Gatineau et en Abitibi. En tout, près de 350 personnes se feront tatouer dans le cadre de ce mouvement.

Plus d'articles