Retour

Trois restaurateurs cessent l'aventure de cuisine de rue à Québec

Comme les propriétaires du camion Food Fighters 504, d'autres restaurateurs ont mis fin à leur aventure dans le projet pilote de cuisine de rue à Québec.

Un texte de Carl Marchand

Au total, trois des six camions qui participaient au projet pilote ont abandonné avant la fin de la première saison. Ils se retirent essentiellement en raison des sites choisis par la Ville.

C'est le cas notamment de Mikael Garneau du camion Chic Shack resto mobile.

« C'est sûr qu'on a eu l'impression de faire une cuisine de parc beaucoup, pas une cuisine de rue. On n'a pas toujours senti qu'on était près de la clientèle cible également », explique-t-il.

Mikael Garneau n'est ni amer ni déçu de cette première expérience. Il reconnaît qu'il s'agissait d'une belle vitrine pour son entreprise.

Le propriétaire du camion Les recettes paumées a également confirmé à Radio-Canada qu'ils cessaient l'aventure de la cuisine de rue.

Labeaume piqué au vif

La nouvelle du retrait d'un premier restaurateur révélée mardi par Radio-Canada a piqué au vif le maire de Québec. Lors d'un point de presse, mercredi après-midi, Régis Labeaume a vivement critiqué l'article sur les propriétaires du camion Food Fighters 504 qui jetaient l'éponge.

« Ce que vous avez fait ce matin, ç'a fait le tour de tous les médias. Mes adversaires politiques s'en sont servi, ils se sont fait plaisir, alors que visiblement, ce que vous avez fait, c'est une fausse information »

Le maire Régis Labeaume indique également qu'un bilan de la première saison de la cuisine de rue sera fait le 31 octobre prochain.

« Il faut faire attention, les règles du jeu sont connues. C'est l'entreprise privée qui fait de l'investissement », a ajouté le maire.

La vice-présidente du comité exécutif à la Ville de Québec et responsable du dossier des camions-restaurants se dit quant à elle prête à revoir les sites devant le succès lors des nombreux festivals.

« Est-ce que c'est les parcs qu'on devrait à l'avenir davantage exploiter où des événements comme ceux-là? C'est à voir dans le bilan », indique Mme Lemieux.

Bilan positif pour d'autres

Ce ne sont pas tous les restaurateurs qui ont jeté l'éponge. Le camion de cuisine de rue de Nancy Caron a été un succès. Elle a choisi de rester au même endroit tout l'été pour fidéliser la nouvelle clientèle.

« Tu ne peux pas te fier sur la première année de toute façon dans tout ce qui est restauration. Ils disent de trois à cinq ans avant d'avoir une bonne idée de ton commerce », indique la femme d'affaires.

Avec les informations de Louise Boisvert

Plus d'articles

Commentaires