Retour

Troisième lien : Lessard en désaccord avec Labeaume

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, n'a pas l'intention d'abandonner le projet de troisième lien entre Québec et Lévis, et ce, même si Régis Labeaume laisse entendre qu'il pourrait s'en passer.

« Le maire de Québec a le droit à son opinion, le maire de Lévis aussi [....] mais nous autres, on n’a pas changé d’objectif », a déclaré M. Lessard, mardi, à l’entrée du caucus des députés libéraux.

C’est le ministre des Transports qui dirige le ministère des Transports.

Laurent Lessard

Le ministre réagissait à la dernière sortie de Régis Labeaume, qui a affirmé lundi que la reconfiguration de la tête des ponts était plus urgente que la construction d’un troisième lien routier entre la rive nord et la rive sud du Saint-Laurent.

Le maire de Québec a ajouté que le troisième lien pourrait ne pas s’avérer nécessaire si le réaménagement à l’entrée des ponts réduit suffisamment les problèmes de congestion routière.

Plusieurs facteurs

Laurent Lessard croit toutefois que la fluidité du trafic dépend de plusieurs facteurs et pas uniquement de la reconfiguration à l’approche du pont de Québec et du pont Pierre-Laporte.

« Ce n’est pas un seul geste qui va décongestionner. C’est plusieurs gestes […] dont la tête des ponts sur Québec, dont les autoroutes Henri IV et Laurentienne qui sont à améliorer. Donc, il y a plusieurs éléments là-dedans », a fait valoir le ministre des Transports.

Nouvelles données

Laurent Lessard a rappelé que la décision de construire ou non un troisième lien serait prise à partir des données portant sur la provenance et la destination des automobilistes qui empruntent les ponts.

Le ministre a par ailleurs reçu de nouvelles données obtenues grâce aux caméras installées aux abords des ponts. Elles seront dévoilées au cours des prochains jours.

Plaidoyer pour le SRB

Les récents propos du maire Labeaume ont trouvé écho auprès du président et chef de la direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, Alain Aubut, qui préfère la mise en place d’un service rapide par bus (SRB) à la construction d’un troisième lien.

« Il n’y a aucune étude qui démontre qu’un troisième lien éventuel règlerait tous les problèmes de congestion à Québec, alors que du côté du SRB […] le plan de mobilité durable démontrait en 2010 que ça améliorait la circulation et la fluidité », a-t-il soutenu.

Alain Aubut espère que des arguments rationnels vont guider les gouvernements dans les mesures à prendre pour diminuer la congestion routière à Québec.

« En bout de ligne, le rationnel doit prendre le dessus », a-t-il dit.

Plus d'articles

Commentaires