Retour

Trump se retrouvera isolé, prédisent des écologistes réunis à Québec

Espace 400e a accueilli des dizaines d'exposants, cette fin de semaine, à l'occasion de la Foire Écosphère. Si l'écologie était à l'honneur à travers des conférences, essais de véhicules électriques et visites de minimaisons, la politique l'était aussi : la décision de Donald Trump de larguer l'accord de Paris ne laisse personne indifférent.

« Il y a tellement de belles initiatives que le mouvement est impossible à arrêter », lance le directeur général de la Foire Écosphère, Éric Ferland.

Jusqu’ici, l’Accord de Paris a été ratifié par 147 pays représentant 82 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. En annonçant sa volonté de se retirer de ce texte historique, Donald Trump se retrouvera complètement isolé, selon Éric Ferland.

Il n’est d’ailleurs pas le seul à le penser. L’un des deux porte-paroles de la Foire, Daniel Breton, soutient que la décision de Donald Trump ne protégera pas l’économie américaine comme le prétend le président.

C’est plutôt l’inverse qui se produira, prédit-il.

« Non seulement c’est irresponsable d’un point de vue écologique, mais d’un point de vue économique, si les États-Unis décident de se mettre en retrait de l’accord […], ça va faire en sorte que l’Europe ou la Chine vont prendre les devants par rapport à l’économie des énergies renouvelables ou de l’électrification des transports. »

Daniel Breton affirme que ces dernières années, diverses formes d’énergie renouvelables autrefois trop coûteuses sont devenues réellement compétitives.

L’autre porte-parole de la Foire Écosphère, Jacques Duval, croit lui aussi que la volonté du président américain ne viendra pas à bout des initiatives qui cherchent à forger un avenir plus vert.

Le chroniqueur automobile estime que la voiture électrique a le vent dans les voiles; il en est aujourd’hui un ardent défenseur.

Les citoyens conscientisés

Un bénévole rencontré pendant la Foire est d’avis que les citoyens, principalement les jeunes, sont aujourd’hui trop conscientisés pour faire marche arrière.

« On n’a pas besoin d’attendre que les politiciens fassent des choses. Les citoyens, on est responsable nous-mêmes de plein de choses », analyse Thomas Fabre-Barthez.

Son acolyte, Guillaume Bourrousse, voit les choses du même œil. « Je pense qu’il est trop tard pour revenir en arrière, même avec monsieur Tump. »

La Foire Écosphère a attiré près de 3500 visiteurs à Québec, l’an dernier. Elle a aussi lieu chaque année à Montréal et en Estrie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine