Retour

Uber : les résidents de Québec insatisfaits du gouvernement

Les citoyens de la région de Québec sont majoritairement en désaccord avec la façon dont le gouvernement Couillard gère le dossier d'Uber. Un sondage SOM/ICI Québec démontre par ailleurs que l'implantation du service de transport ne fait pas l'unanimité au sein de la population et séduit surtout les plus jeunes.

Un texte de Maxime Corneau

Selon le sondage réalisé auprès de 1442 répondants, 74 % d'entre eux se disent insatisfaits de l'attitude de Québec dans sa gestion de la crise soulevée par l'arrivée d'Uber.

Pour le sondeur Éric Lacroix, coprésident de SOM, il ne fait aucun doute que l'ambivalence du gouvernement dans ce dossier pèse lourd dans la balance. Il rappelle que l'ancien ministre des Transports Robert Poëti n'avait pas la même vision que le premier ministre Couillard sur Uber. Ce manque de cohérence a semé une certaine confusion dans la population.

 « Il y a une perception que le gouvernement n'avait pas une position claire, ne savait pas où il s'en allait, et c'est ce qui se reflète avec seulement 11 % des gens qui se disent satisfaits. »

Selon Éric Lacroix, la perception pourrait toutefois changer rapidementsi la commission parlementaire sur le service UberX, qui doit débuter jeudi, en arrivait à des conclusions claires qui répondaient aux attentes des parties.

Mercredi à l'Assemblée nationale, le ministre Jacques Daoust a affirmé que l'utilisation illégale de l'application Uber, sans détenir un permis de transport commercial notamment, devait cesser. Il souhaite mettre en place des balises claires et une nouvelle réglementation afin d'utiliser l'application légalement.

Population mitigée sur Uber

L'arrivée d'Uber dans la région, depuis février 2015, ne fait toutefois pas l'unanimité dans la population. Selon les résulats du sondage, 45 % des répondants sont favorables au service et 43 % sont défavorables.

Éric Lacroix de SOM estime que c'est la nouveauté d'Uber dans la région qui crée une telle ambivalence dans la population.

Les jeunes se montrent particulièrement pour le service de transport. Chez les 18-34 ans, 61 % se disent favorables. L'enthousiasme vis-à-vis d'Uber diminue à 38 % chez les 45-54 ans.

« Les jeunes, de façon générale, tout ce qui est nouvelle technologie, ils vont être les utilisateurs précoces », explique Éric Lacroix. Il ajoute que plusieurs facteurs sont attractifs pour les jeunes : la nouveauté, la technologie et le bas prix. »

La population derrière les chauffeurs de taxi

Une majorité de Québécois se disent aussi sensibles aux revendications des chauffeurs de taxi qui accusent Uber de concurrence déloyale. Selon le sondage, 58 % des répondants estiment être « en accord » avec leurs demandes. L'appui atteint même 71 % chez les 55 ans et plus.

Éric Lacroix explique que cette tranche d'âge est plus à même de comprendre les chauffeurs de taxi lorsqu'ils disent qu'ils perdront leur fonds de pension si la valeur des permis de taxi baisse en raison de l'arrivée d'Uber.

« Quand on est plus âgé, on comprend ce que c'est d'avoir nos REER touchés. On est donc plus empathique. »

Plus d'articles