Retour

Uber : nouvelles saisies de véhicules à Québec

Huit véhicules appartenant à des chauffeurs du service de covoiturage Uber ont été saisis jeudi matin, à Québec. Cette opération porte à 80 le nombre de voitures saisies par Contrôle routier Québec (CRQ) dans la capitale depuis un an.

L'opération visant à contrer le transport illégal a été menée par des agents de CRQ dans les quartiers Saint-Sacrement et Saint-Malo. Selon un porte-parole, trois des chauffeurs interceptés étaient des récidivistes. Ils s'exposent à des amendes allant de 350 $ à 1050 $ en plus des frais de remorquage de leur véhicule.

« C'est quand même beaucoup de désagréments pour avoir voulu offrir ce type de service », estime Éric Santerre.

M. Santerre est conscient qu'Uber continue à rembourser les amendes et autres frais de saisies de véhicules imposés à ses chauffeurs.

En l'absence d'une nouvelle réglementation, la stratégie d'intervention des agents de Contrôle routier Québec ne changera pas.

Le statu quo intenable

Après avoir promis la tenue d'une commission parlementaire sur l'industrie du taxi mercredi, le nouveau ministre des Transports, Jacques Daoust, admet que la réglementation actuelle manque de mordant.

« Les outils dont on dispose ne sont peut-être pas suffisants », a-t-il admis, avant d'ajouter qu'il n'avait pas l'intention de laisser la future commission traîner en longueur.

De son côté, le premier ministre Philippe Couillard a incité les chauffeurs de taxi au calme dans ce dossier.

« Chaque fois que l'industrie du taxi a fait des protestations fortes, ça a ajouté de l'eau au moulin d'Uber », a-t-il expliqué.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine