Le 19e Mois Multi est de retour sous le signe du changement à travers notamment des oeuvres cinétiques, robotiques ou mêmes littéraires.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

Une cinquantaine d'artistes provenant de huit pays participeront à ce grand festival international d'arts multidisciplinaires et électroniques.

Au programme : des oeuvres sonores,cinétiques, robotiques et immersives ainsi que des installations et des performances.

Le cycle du réenchantement du monde

Dernière édition du cycle initié en 2016 sur le réenchantement du Monde, le Mois Multi 2018 propose des oeuvres sur le changement de notre rapport au monde explique la commissaire de l'événement, Ariane Plante.

Elle évoque entres autres Saison Complète du Théâtre Rude Ingéniérie, une oeuvre évolutive présentée sur 11 jours qui a été commandée pour l'occasion.

Autre oeuvre fortement inspirée par la transformation, Ça ne peut pas durer toujours de Magali Babin. L'artiste propose une installation immersive sur notre rapport au monde sonore qui nous entoure.

Des nouveautés

Le festival compte cette année trois soirées indomptées qui offriront chacune trois performances de 30 à 40 minutes.

L'artiste italienne Michela Pelusa y présentera d'ailleurs sa performance SpaceTime Helix. Une prestation que la commissaire du Mois Multi décrit ainsi : « c'est une corde qu'elle met en mouvement et qui crée une espèce de sculpture gigantesque de lumière. »

L'ajout d'un volet du festival dédié aux prestations de musiques électroniques constitue une autre nouveauté.

L'événement aura lieu du 2 au 25 février et se déploiera dans une quinzaine de lieux du centre-ville.

Plus d'articles