Retour

Un appel d'offres qui déçoit l'Association des médecins vétérinaires

La Ville de Québec a lancé mardi un appel d'offres dans lequel on apprend qu'elle ne rendra pas obligatoire la stérilisation des chats sur son territoire. Cette mesure déçoit l'Association des médecins vétérinaires du Québec.

Selon sa présidente Valérie Trudel, la Ville de Québec manque de vision à long terme dans cet appel d'offres qu'elle a publié afin de trouver une nouvelle organisation responsable de la gestion animalière sur son territoire.

Valérie Trudel se dit déçue de voir que la Ville ne met pas de l'avant la stérilisation obligatoire, une façon efficace, selon elle, d'enrayer des problèmes d'errance chez les félins.

« C'était justement une opportunité pour la Ville de Québec de faire preuve d'une plus grande vision à long terme et peut-être d'imposer la stérilisation obligatoire comme un moyen de gestion des animaux, mais aussi d'améliorer le bien-être de la population animale », affirme-t-elle.

Le nouveau partenaire que cherche la Ville devra mettre en place un programme de sensibilisation qui comprendra six journées de stérilisation et de micropuçage pour les chats chaque printemps. La stérilisation ne sera toutefois pas obligatoire.

Appel d'offres

L'organisme qui obtiendra le contrat de trois ans devra également chaque année répondre aux quelque 2500 appels de citoyens et récupérer environ 9000 animaux, à majorité des chats.

Selon les estimations de la Ville, il y a 80 000 chats et 60 000 chiens à Québec, en plus des animaux errants ou vivant temporairement dans les refuges, fourrières et boutiques d'animaux.

L'organisation choisie s'occupera également de la vente des licences pour chiens et chats. Dans le cas des félins, les licences seront vendues sur une base volontaire.

Le nouveau gestionnaire devra aussi opérer un enclos public et un refuge pouvant accueillir 200 animaux. Un projet de centre animalier sur les terrains de l'ancien zoo a déjà été évoqué par la Ville. Les citoyens pourront adopter du refuge des animaux vaccinés et en bonne santé.

Rappelons que l'hiver dernier, la Ville a mis fin à son entente avec la Société protectrice des animaux (SPA) de Québec.

Les entreprises ou organismes intéressés ont jusqu'au 31 août pour se manifester.

Plus d'articles

Commentaires