Retour

Un arbre abattu sur les Plaines à la demande du FEQ

L'arbre qui obstrue la vue sur le site de la scène principale du Festival d'été de Québec (FEQ) sur les Plaines sera abattu. La Commission des champs de bataille nationaux accepte de le couper parce qu'il compromettait l'aménagement de gradins cet été.

La présence de l'érable de Norvège s'attire chaque été des critiques parce qu'il cache la vue de certains festivaliers dans la Zone SAQ. Le FEQ a déjà essuyé des refus pour son abattage dans le passé.

Cette fois, le conseil d'administration de la Commission des champs de bataille nationaux (CCBN) a accepté de le couper. « C'était le seul endroit pour installer les gradins », explique Margaret Delisle, présidente de la Commission.

L'aménagement de la nouvelle « Zone signature », à côté de la Zone SAQ, comprendra 2000 sièges.

Selon la CCBN, il est acceptable d'autoriser l'abattage d'un arbre d'une trentaine d'années pour permettre au FEQ d'évoluer et de poursuivre son développement.

Compensation exigée

Pour l'organisme Québec Arbres, l'abattage d'un arbre mature en ville ne doit pas être pris à la légère en raison de sa grande capacité à filtrer les polluants dans l'air.

La présidente, Johanne Elsener, croit qu'un abattage planifié peut être acceptable à la seule condition que de nouveaux arbres soient plantés sur les plaines d'Abraham.

« On sait qu'ici, à Québec, la pollution atmosphérique cause plus de 300 décès prématurés par année. C'est six fois plus que le nombre de décès liés aux accidents de la route », dénonce-t-elle.

Selon Québec Arbres, une cinquantaine de jeunes arbres devront être plantés pour compenser la perte de l'érable de Norvège.

La Commission des champs de bataille nationaux entend exiger que de nouveaux arbres ou arbustes soient plantés par le Festival d'été.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine