Retour

Un bébé d'un an entend pour la première fois grâce à un implant

La plus jeune Manitobaine à recevoir un implant auditif cochléaire était à l'honneur ce matin au centre Bulher de Winnipeg, à l'occasion du mois de la parole et de l'audition.

Un texte de Geneviève Lapalme

La vie de la petite Ireland Gault, âgée d’à peine un an, sera bien différente grâce à un implant cochléaire qui lui permet d’entendre la voix de sa mère, depuis quelques semaines.

« Quand je dis son nom, elle se retourne. C’est une technologie incroyable. Je suis exaltée que nous puissions en bénéficier », confie sa mère, Courtney Duke.

En février dernier, la fillette a subi une chirurgie permettant aux médecins d’implanter une partie de l’appareil à l’intérieur du canal auditif.

Elle est la plus jeune patiente dans la province à bénéficier de cette récente technologie. Son trouble de l’ouïe a été détecté peu après sa naissance, grâce au programme de dépistage systématique des déficiences auditives chez les nouveau-nés.

« Ireland a reçu l’implant avant l’âge d’un an. C’est significatif puisqu’elle sera en mesure de se rattraper en termes d’habileté à comprendre et à parler comparativement à d’autres enfants présentant les mêmes problèmes auditifs », explique l’audiologiste Kristy Mackie.

Les nourrissons et les personnes âgées sont les patients les plus susceptibles de recevoir ce type de chirurgie pour corriger un trouble de l’ouïe sévère.

Une nouvelle vie commence pour Winston Smith, 76 ans, alors qu'il redécouvre le sens de l’ouïe, depuis un mois, grâce à un implant cochléaire. « J’entends des bruits que je n’avais pas entendus depuis de nombreuses années, comme le chant des oiseaux, l’eau qui coule et d’autres bruits que j’essaie encore d’identifier », lance l’homme à la blague.

Ireland Gault et Winston Smith ne représentent toutefois qu’un faible pourcentage de la population. « Environ 350 personnes répondent aux critères afin de recevoir un implant cochléaire au Manitoba. Ils doivent entre autres présenter un trouble de l’ouïe sévère et être suffisamment en bonne santé pour subir une telle chirurgie », affirme l’audiologiste Kristy Mackie.

Une technologie efficace, mais chère

L’implant électronique composé d’électrodes posées de façon chirurgicale permet de stimuler les terminaisons nerveuses de l'audition situées dans l’oreille interne, la cochlée.

Cette nouvelle technologie permet de changer des vies, mais demeure coûteuse, soit 25 000 $ par implant. « Les bambins reçoivent deux implants, soit un par oreille, mais on procède à la chirurgie d’une seule oreille pour les adultes afin d’offrir la technologie à un plus grand nombre de patients possible », précise Kristy Mackie.

Les coûts reliés à l’achat d’implants et à la chirurgie sont couverts par la province.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine