Retour

Un chauffeur ivre au volant de son autobus à Lévis

Un chauffeur de la Société de transport de Lévis (STLévis) a été arrêté, hier soir, alors qu'il conduisait son véhicule en état d'ébriété. La STLévis a immédiatement suspendu son employé sans salaire pour au moins trois mois.

C'est un passager de l'autobus qui a prévenu les policiers, vers 22 h, de la conduite erratique du chauffeur dans la soixantaine. L'autobus, qui assurait le parcours Lévisien 2, se trouvait alors sur le pont de Québec en direction de Sainte-Foy. 

Le chauffeur n'a vraisemblablement pas respecté son trajet et ne s'est jamais rendu à l'Université Laval, comme prévu. Les quatre passagers à bord de l'autobus sont descendus à la gare d'autocars de Sainte-Foy, alors que ce n'était pas leur destination.

Les policiers ont intercepté le chauffeur un peu plus tard sur l'autoroute 20, à son retour sur la Rive-Sud. L'employé de la STLévis a été soumis à l'alcootest qu'il a échoué à deux reprises.

Le président de la Société de transport, Michel Patry, qualifie la situation d'inacceptable.

« Nous, on a une politique là-dessus qui est très claire : c'est tolérance zéro. On ne peut pas accepter que quelqu'un conduise nos autobus avec des passagers à bord, si ses facultés sont affaiblies par quelques substances que ce soit. »

La Société de transport de Lévis pourra vérifier le parcours emprunté par le chauffeur en consultant les données de son système d'aide à l'exploitation, qui permet de suivre les autobus. 

Michel Patry n'a jamais vécu une telle situation en six ans à la tête de la Société de transport.

La sécurité des usagers avant tout

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a lui aussi dénoncé la conduite du chauffeur, soutenant qu'il faut « prendre les mesures » pour éviter qu'un tel incident se reproduise.

« On fait la promotion des transports collectifs en disant aux gens : "quand vous prenez l'autobus, vous n'avez pas à vous préoccuper est-ce que j'ai pris un verre de trop ou pas". Mais quand c'est le chauffeur qui a pris un verre de trop, il y a comme un problème », déplore le maire Lehouillier.

La STLévis va rencontrer ses employés dans les prochains jours pour discuter de la situation et rappeler sa politique sur l'alcool au volant.

Le chauffeur comparaîtra à une date ultérieure pour répondre à une accusation de conduite avec les facultés affaiblies par l'alcool.

Plus d'articles