Retour

Un chien euthanasié après un possible cas de maltraitance à Limoilou

La police de Québec enquête sur un possible cas de cruauté animale survenu dans le secteur Limoilou. Un chien a été retrouvé dimanche dans un état si lamentable qu'il a dû être euthanasié.

Chaque année, la période des déménagements apporte son lot de malheur pour des animaux abandonnés. Le pire cas à Québec en 2017 revient sans doute à un petit chien retrouvé mourant, avec la moitié du visage littéralement arrachée.

Le nouveau locataire d’un appartement aurait fait la triste découverte, dimanche. Il a contacté l'entreprise Les Fidèles Moustachus qui a envoyé une employée, Audrey Belleau, pour recueillir l'animal grièvement blessé.

Mme Belleau est visiblement affectée par ce qu’elle a vu. Elle déplore les agissements de son propriétaire.

Plainte à la police

L’entreprise Les Fidèles Moustachus a porté plainte à la police de Québec. Une enquête criminelle a été ouverte, confirme porte-parole du Service de police de la Ville de Québec, David Poitras.

M. Poitras rappelle qu'une condamnation en matière de maltraitance animale peut entrainer une peine de prison.

Par ailleurs, l’entreprise Les Fidèles Moustachus fait un constat alarmant en cette période des déménagements : 24 abandons volontaires, 36 animaux trouvés errants et 42 adoptions du 25 juin au 2 juillet.

« C'est un très gros mois, c'est 80 % de plus qu'en mai en ce qui concerne les animaux trouvés, et environ 50 % de plus pour les abandons. C'est énorme », confie sa porte-parole, Vicky Lamontagne.

La SPA réagit

Par voie de communiqué, la Société protectrice des animaux (SPA) de Québec a tenu à exprimer son dégoût face à ce cas de maltraitance, que l'organisme a qualifié de « franchement dégeulasse ».

« Ce qui me met encore plus en colère, c’est de penser que cette situation n’est pas survenue du jour au lendemain », a souligné Félix Tremblay, porte-parole et président de la SPA de Québec. 

M. Tremblay invite les procureurs de la Couronne à être « le plus sévère possible envers le ou les propriétaires du chien » en leur imposant la peine maximale pour un crime du genre.

« C’est bien simple : ces gens-là ne méritent aucune compassion. Si on peut faire ça à un chien, c’est parce qu’on n’a pas de cœur, pas de notion du bien et du mal. Ces gens-là méritent d’être en prison pour longtemps. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine