L'auteur Cédric Loth en a eu assez des contes complaisants et sirupeux qu'on offre aux enfants depuis quelques années. Il s'est inspiré des contes de Grimm et Perreault pour écrire La dinde de Noël, une histoire hilarante et cruelle où le bien triomphe malgré tout.

Un texte d'Anne-Josée Cameron

La dinde de Noël met en scène le jeune Noël, né un 25 décembre 1899, qui grandit seul et isolé dans la riche demeure de ses parents.

Noël n'est jamais un moment très joyeux pour le petit garçon, mais le sauvetage in extremis de la dinde prévue pour le souper du réveillon va lui faire connaître l'amitié et l'affection.

Des personnages méchants

Dans ce conte, le héros Noël fait face à des personnages dénués de bons sentiments. Fernande, la cuisinière, tue tous les animaux de la ferme sans aucun état d'âme, et même avec une certaine jubilation.

La mère du petit garçon, tout comme son père, ne l'aime pas. Le père est d'ailleurs appelé le prédateur dans ce conte où la véritable famille est celle que l'on se crée.

On est ici en plein humour noir, ce qui ravit l'écrivain. Selon lui, « il faut arrêter de rendre tout aussi aseptisé, trop beau, surtout pas dangereux ou épeurant ».

« Il faut leur montrer l'amour, l'amitié, mais aussi la peur et la guerre. Ces choses existent, si ça continue, on va en faire des femmelettes », affirme l'auteur.

Des illustrations inspirées de Gustave Doré

Composé d'une centaine de pages, La dinde de Noël propose des illustrations de différents styles graphiques où se retrouvent côte à côte la couleur et le noir et blanc, l'aquarelle et le fusain, la bande dessinée et le baroque.

Inspiré par les gravures et eaux-fortes de Durer et Gustave Doré, l'écrivain et dessinateur dit avoir récupéré les particularités de ces techniques : « petits traits, détails » s'y retrouvent à profusion.

La dinde de Noël est un conte qu'il faut partager en famille pour en goûter pleinement l'humour et la beauté des dessins. Bref, un vrai conte de Noël!

Plus d'articles