Le 20e anniversaire du marathon de Québec a été assombri par la mort d'un jeune homme de 30 ans, décédé des suites d'un malaise.

Maxime Pouliot Rochefort de Saint-Augustin-de-Desmaures s'était effondré à 2 kilomètres du fil d'arrivée alors qu'il participait à l'épreuve du demi-marathon.

Le jeune père de famille a été transporté à l'hôpital où son décès a été constaté dans les heures qui ont suivi.

« C'est une très triste nouvelle et nous sommes de tout coeur avec la famille et les proches de la victime », a affirmé Chantal Lachance, vice-présidente marketing et opérations de Gestev, qui organise l'épreuve.

Des services d'urgence digne d'un hôpital

Des secouristes avaient rapidement pris en charge le jeune homme, poursuit Chantal Lachance. L'organisation d'un marathon implique des services médicaux « pratiquement comme un hôpital », mais il y a malheureusement des situations impossibles à prévoir ou éviter.

« Dans les entraînements de haut niveau, il y a des choses qu’on peut prévenir en se préparant correctement. C’est-à-dire de rester bien hydraté, se garder à l’intérieur de ses capacités, affirme François Paquet, directeur médical adjoint. Mais un marathon, c’est un marathon, donc il peut y avoir des événements et ça, malheureusement, c’est imprévisible. »

La victime était en bonne forme physique et s'entraînait fréquemment selon les premières informations. On ne sait toutefois pas s'il en était à sa première course de longue distance.

C'est la troisième fois qu'un tel drame survient lors de l'événement. Des coureurs ont également perdu la vie en 1999 et en 2008.

Plus d'articles

Commentaires