Retour

Un « dermosquelette » pour retrouver la liberté de marcher

« Ça, pour moi, c'est un espoir. C'est une nouvelle qualité de vie », explique l'ex-militaire Raymond Levasseur. La prothèse qu'il met à l'essai, c'est ce que l'entreprise B-Temia appelle un dermosquelette, qui amplifie la force des jambes de ceux qui peinent à marcher.

Un texte de Vincent Maisonneuve

Cela fait des années que M. Levasseur n'avait pas fait de balade en forêt. Avec ses deux genoux ravagés par l'arthrose, le vétéran de l'armée peut, en temps normal, à peine marcher. Mais aujourd'hui, il se promène dans un sentier accidenté et plie les genoux pour prendre son chien.

Pour voir la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici.

L'appareil est développé par Stéphane Bédard, grand patron de B-Temia, située à Québec. « C'est inventé et développé ici à Québec. C'est de la biorobotique. C'est un appareil robotisé avec des moteurs, des senseurs et un logiciel d'intelligence artificielle », explique M. Bédard.

Grâce à une série de senseurs, l'ordinateur de la prothèse anticipe les mouvements de la personne. « L'ordinateur prend les données, les analyse et arrive à faire bouger une structure mécanique à l'extérieur des jambes. Ce qui va fournir une énergie additionnelle aux jambes. C'est un système qui est en symbiose avec la personne. »

Le président de B-Temia explique que le dermosquelette a d'abord été conçu pour répondre à un besoin militaire.

Pour l'instant le dermosquelette a une autonomie d'environ six heures lorsqu'il est utilisé de façon intense. Afin de s'assurer que l'appareil puisse être utilisé dans le cadre d'opérations, B-Temia teste la version militaire avec différentes armées dans le monde.

La version médicale du dermosquelette vise à donner une meilleure qualité de vie aux gens en perte d'autonomie.

Si Raymond Levasseur arrive à se promener sans canne ni déambulateur, le port du dermosquelette a également pour effet de réduire ses douleurs aux genoux. « Vous êtes-vous déjà donné un bon coup de marteau sur le pouce? C'est ça que j'ai le matin en me levant. Puis, à mesure que la journée avance, la douleur augmente. »

Mais grâce à l'appareil, même après plusieurs minutes de marche, la douleur reste stable, dit M. Levasseur. « Elle n'augmente pas et quand j'ai porté le dermosquelette pendant trois jours, ma douleur du matin avait commencé à diminuer. Pour moi, ça, c'est un miracle. »

M. Levasseur ne fait actuellement que des essais avec l'appareil de B-Temia, mais il tente désespérément d'en obtenir un. « On va tout faire pour l'avoir. On va faire les démarches auprès [du ministère des] Anciens Combattants. Sinon, c'est de trouver les fonds pour l'avoir. On ne le cachera pas, c'est dispendieux pour l'instant. »

Le dermosquelette de B-Temia coûte environ 40 000 $, une dépense qui n'est toujours pas remboursée par les assurances. L'équipe de M. Bédard estime que sa technologie réduit les coûts des soins reliés à certaines maladies dégénératives, en redonnant une plus grande mobilité aux gens en perte d'autonomie.

Plus d'articles

Commentaires