Retour

Un dernier hommage public pour les victimes du Burkina Faso

Les familles de cinq des victimes des attentats terroristes du 15 janvier au Burkina Faso invitent un maximum de personnes à rendre un dernier hommage à leurs proches, samedi, à l'église Saint-Sacrement.

Les funérailles communes de Yves Carrier, ses enfants Charlelie et Maude, sa conjointe et mère de Charlelie, Gladys Chamberland ainsi qu'un ami de la famille, Louis Chabot, seront célébrées à 14 h 30.

« On s'attend à ce qu'il y ait beaucoup de personnes qui viennent » affirme Frédéric Carrier, le fils de Yves Carrier. « La porte de mon père était toujours ouverte à tout le monde. Il avait des valeurs de partage, d'amour. On se voyait mal dire : non, vous ne pouvez pas venir », ajoute-t-il.

Le conjoint de Maude Carrier, Yves Richard, souhaite aussi que des centaines de personnes se déplacent. « Ce sont des gens qui étaient accueillants. On veut avoir le plus de gens possible pour témoigner du fait que ce sont des êtres exceptionnels. C'est le message qu'on veut lancer. »

Yves Richard prendra la parole lors de la cérémonie. « Maude c'était quelqu'un de remarquable, malgré le fait qu'ils sont partis, il faut que leur mémoire reste vivante. Il faut qu'on continue pour eux », affirme le père de famille.

Clin d'oeil au Burkina Faso

Mgr Gaétan Proulx, évêque auxiliaire à Québec va présider la cérémonie qui soulignera l'oeuvre de la famille Carrier et Louis Chabot au Burkina Faso.

Mgr Pierre Claver Malgo, évêque dans ce pays, sera présent ainsi que soeur Ines Kolesnore, de la Congrégation des Soeurs missionnaires de l'Immaculée Conception. Amie de la famille, elle a travaillé avec les coopérants au Burkina Faso. Elle doit arriver à Québec jeudi après-midi.

La famille Carrier invite tous ceux qui le souhaitent à donner des dons à l'organisme Casira. La mission de l'organisme vise à aider des communautés défavorisées de pays en voie de développement. « On ne veut pas nécessairement de fleurs, pour marquer l'oeuvre que ces gens-là ont entamée le mieux c'est d'envoyer les dons à l'organisme Casira », précise Yves Richard.

La famille de Suzanne Bernier, l'autre victime québécoise des attentats, a choisi de célébrer les funérailles séparément. La cérémonie aura lieu le même jour, soit le 6 février à 11 h à l'église Saint-Thomas-D'Aquin.

Plus d'articles

Commentaires