Retour

Un drone transportant de la drogue intercepté à prison de Donnacona

Un drone a de nouveau été utilisé pour tenter de faire entrer de la drogue et des objets interdits sur le périmètre du pénitencier de Donnacona.

L'appareil a été intercepté le 31 janvier dernier par un agent correctionnel lors de sa ronde d'observation dans une des cours.

La valeur de la saisie totalise 47 800 $.

« L'agent a aperçu un drone qui a laissé tomber un paquet dans la cour », explique Stéphane Jaillet, directeur adjoint des Services de gestion de l'établissement.

Aussitôt, les autorités ont fermé les cours extérieures et les détenus qui s'y trouvaient ont été fouillés.

Parmi les objets saisis, on retrouve 700 grammes de tabac, 77 grammes d'un mélange de haschisch et de marijuana ainsi que 20 grammes de fentanyl.

Un téléphone cellulaire avec un chargeur a aussi été intercepté.

« C'est une des grosses saisies que j'ai vues ici dans les dernières années », ajoute M.Jaillet.

Quelques jours avant, des agents ont aussi saisi de la marijuana et du haschisch sur un détenu, mais cette fois à l'intérieur de l'établissement.

Le drone, un fléau

Stéphane Jaillet confirme que l'utilisation des drones est monnaie courante chez les détenus.

« On a vu une augmentation dans les dernières années, c'est de plus en plus utilisé. Si on réfère à il y a 10 ans, on tirait des balles de tennis avec des flèches dans les cours. Les criminels se sont modernisés » explique-t-il.

Le Service correctionnel dispose de plusieurs outils pour détecter les objets interdits, comme des détecteurs ioniques et des chiens détecteurs de drogue.

Malgré tout, M.Jaillet reconnaît que les pénitenciers sont « vulnérables ».

« On est en train d'évaluer des méthodes pour contrer les approches de drones dans les établissements, c'est vraiment une préoccupation », affirme-t-il.

La Sûreté du Québec a été saisie du dossier.

Plus d'articles

Commentaires