Retour

Un entrepreneur de Québec rêve de révolutionner l'industrie des casinos

Un entrepreneur de Québec a récemment été élu président du nouveau comité blockchain de la Gaming Standards Association, une organisation mondiale qui soutient les développements technologiques dans l'industrie des jeux de hasard. Earle Hall rêve de moderniser cette l'industrie grâce à la technologie de la chaîne de blocs.

Un texte de Jonathan Lavoie

« L'industrie du jeu, mondialement, accuse un retard technologique. Probablement parce qu'il y a trop d'argent, il y a moins de technologie, moins d'avancement », lance sans détour Earle Hall.

Le chef de la direction d'Axesnetwork Solutions, une entreprise technologique située dans l'arrondissement Les Rivières à Québec, avance que la chaîne de blocs pourrait aider à régler les principaux problèmes de l'industrie en matière de blanchiment d'argent et de jeu compulsif.

Il s'agit de la même technologie qui se cache derrière les cryptomonnaies comme le bitcoin.

Earle Hall explique que la chaîne de blocs assure une transparence inégalée des transactions. Il faudrait toutefois que le système soit largement adopté par les casinos et les législateurs pour qu'il fonctionne comme un outil de surveillance.

Il croit que cette technologie pourrait révolutionner l’industrie des jeux de hasard, qui sert parfois de courroie de transmission pour des activités criminelles et le blanchiment d’argent.

« Les blanchisseurs d'argent, ils vont être très tristes dans le monde du blockchain parce que tout est traçable », explique Earle Hall.

Protéger les joueurs contre eux-mêmes

L’homme d’affaires soutient également que l’introduction de la chaîne de bloc dans l’industrie pourrait permettre de mieux prévenir les problèmes de jeu compulsif.

Il faudrait préalablement que les casinos et les salons de jeu s’entendent sur un processus d’identification des joueurs.

« Dans un monde de blockchain, s'il y a un standard d'identification, que cette personne soit à Las Vegas, Québec ou en Suisse, cette personne-là va être connue. Si elle dépasse les paramètres [du jeu responsable], cette personne-là va être alertée », résume-t-il.

Earle Hall consent toutefois que ce besoin est moins pressant au Québec qu’ailleurs puisque les activités de jeux de hasard sont déjà centralisées entre les mains de Loto-Québec. « C'est plus facile pour le Québec de contrôler le jeu responsable s'il le désire. »

Une technologie encore immature

La technologie de la chaîne de blocs existe depuis une dizaine d’années et pour l’instant, à l’extérieur des cryptomonnaies, ses applications concrètes sont plutôt rares.

Earle Hall est toutefois persuadé que la chaîne de blocs gagnera en maturité au cours des prochaines années et qu'elle fera son apparition dans de nombreux domaines.

« Le blockchain est en train d'évoluer à une vitesse que personne n’aurait cru. Est-ce que la technologie va être disponible dans les prochains mois? Dans les prochaines années? C'est une certitude. »

L’Estonie fait figure de pionnière en la matière. Dans ce petit pays de 1,3 million d’habitants, 95 % des dossiers médicaux ont été numérisés et sont stockés dans une chaîne de blocs.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce chat paresseux n'ouvre même pas les yeux pour miauler





Rabais de la semaine